[page principale | La Bible | la foi | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt 

 

 

Une Approche Biblique des

Sujets  d'Actualités

Actualités 2014 - 2015

Les pages d'Actualités : 2016 2014-2015 2012-2013 2010-2011 2006-2009 2005 Années antérieures à 2005

 

Questions d'actualités regroupées et classées par sujets (ancien classement) voir aussi Courtes réflexions à propos de sujets de la Bible

La trompette de Thekoa,

le signal de Beth-Hakkérem

(Jérémie 6:1)

 

Beth-Hakkérem qui domine Thekoa était un des postes qui,
à l'aide d'un feu, signalait l'approche d'ennemis.

 
 
Cette rubrique vise à donner un éclairage qui évite les sirènes anesthésiantes, les mirages et les faux prophètes. Ne pas y chercher les idées communément admises.

 

 

Réflexions chrétiennes sur le monde actuel

Événements ou Idées

14 décembre 2015 COP21, réchauffement climatique, dont une des conséquences 'graves' est l'élévation du niveau des mers. Les chefs et experts de la plupart des nations se sont réunis pour déterminer les moyens de limiter le réchauffement climatique à environ 2°C. Mais personne ne s'est préoccupé de Celui [Dieu] qui a dit (Prov. 8v27, 29) : «quand Il ordonnait le cercle qui circonscrit la face de l'abîme... quand Il imposait son décret à la mer afin que les eaux n'outrepassent point son commandement...», et Job 38v4-11 : «Où étais-tu quand j'ai fondé la terre... Qui a renfermé la mer dans des portes ... quand je lui découpai ses limites... et que je dis : Tu viendras jusqu'ici et tu n'iras pas plus loin, et ici s'arrêtera l''orgueil de tes flots ?»
13-17 novembre

Une ville dévastée : méditer Sophonie 3v1-7.
*
Un croyant avant la mort : Matt. 6v33 et face à la mort : Luc 12v4-5
*
Un non croyant insouciant de la mort : Luc 12v19-21 et ensuite Luc 16v19-31.
*
À l'occasion des attentats de Paris (13.11.2015), et malgré le hashtag "prayforParis", nous sommes frappés du nombre d'articles ou d'interventions laïques, antireligieux, antichrétiens, athées (Psaume 14:1 & 53:1 & Romains 1:20). Mais ce qui est le plus saisissant est la multiplication de chants à inclinaison satanique, spécialement chez ceux qui chantent en public. L'espérance proposée ne dépasse pas l'hédonisme matérialiste selon És. 22v13 et 1 Cor. 15v32, et même directement la jouissance du péché. L'aveuglement et l'endurcissement sont partout ; l'idée d'en rester à un athéisme simple, neutre et tolérant est une illusion. On court de toute part à l'apostasie de l'antichrist, et donc vers les jugements de Dieu. L'apocalypse n'est plus une perspective lointaine. — Puissent les chrétiens remonter le courant et ne pas se laisser contaminer ou entrainer, mais témoigner hardiment pour Christ (2 Tim. 1v8; 4v2). Puissent les autres être touchés par les appels à la repentance du Christ et de Dieu (Actes 17v30-31 en général ; Luc 13v1-5, devant une catastrophe accidentelle, ou un massacre cruel).  

3 octobre 2015

Djihad et grande tribulation.
Le djihad, ou guerre « sainte » préconisée par l’islam, paraît se développer et les efforts des nations s’avèrent impuissants à le neutraliser. Certains chrétiens y voient l’engrenage qui mène à la grande tribulation : c’est peut-être vrai, mais impossible à confirmer. Ce qui milite en faveur de cette opinion, c'est de retrouver dans l'Apocalypse les décapitations du Daesh ; on peut aussi raisonablement s'attendre à des bouleversements hors du commun quand des centaines de milliers de personnes migrent d'un pays à l'autre. Quoi qu’il en soit, cela ne change RIEN pour ceux qui attendent le retour du Seigneur Jésus pour enlever son église, sinon de renforcer le sentiment de l’imminence de ce retour. « Je viens vientôt » est la promesse qu’Il a laissé aux Siens (Apoc. 3v11 ; 22v20). La vive attente de l’église fidèle (les vrais croyants) fait jaillir la réponse : « Viens, Seigneur Jésus ». La longueur du temps qui passe ne détruit pas le sentiment de l’imminence, car le vrai amour attend patiemment sans compter le temps. Les passages annonçant la venue prochaine du Seigneur Jésus et incitant à cette attente sont nombreux, ne les méconnaissons pas Il y a toujours des faux prophètes pour préciser une date prochaine, mais ce ne sont que des leurres ridicules ayant pour effet semer le doute, de décourager et de discréditer la Parole de Dieu. Il y a aussi les moqueurs dont parle l’apôtre Pierre (2ème épitre, ch.3) qui disent « où est la promesse de sa venue ? » Inconsciemment ou non, il s’agit pour eux de nier que le jugement de Dieu est suspendu sur ce monde. Enfin il y a des chrétiens qui, comprenant mal l'Écriture, attendent la grande tribulation au lieu d’attendre la venue du Seigneur pour son église ; ils dénigrent l’annonce de l’attente de Sa venue en la qualifiant de déception ou tromperie. L’effet de cette attitude ne peut qu’ôter la joie et semer le doute ou l’inquiétude, dirigeant les regards des fidèles vers les événements de la terre au lieu d'attacher leur coeur au Seigneur. Pire que cela, Matt. 24v48-51 nous dit que cela produit un relâchement désastreux de la vie pratique. La vraie attente du Seigneur a un effet sanctifiant (voir considérations pratiques sur la venue du Seigneur). La grande tribulation est un événement certain annoncé par notre Seigneur Lui-même, mais qui fait partie de tout ce qui est annoncé en rapport avec la terre postérieurement à l'enlèvement de l'église ; l'avenir de l'église est en rapport avec le ciel. Ce sujet est abondamment traité dans la page prophétique de Bibliquest à laquelle le lecteur pourra se reporter. Que notre énergie et notre activité se déploient pour rendre témoignage à Christ glorifié qui revient bientôt, et non pas à se prémunir de la grande tribulation et à en atténuer les effets.

La Russie s'implique à fond dans les conflits de Syrie. Les enjeux que voient les hommes ne sont pas ceux des plans de Dieu ; ils le sont d'autant moins que l'homme sans Dieu est aveuglé. Au niveau de la Syrie, il se joue qui sera le Roi du Nord (nord d'Israël) et qui sera l'Assyrien, dont parlent plusieurs prophètes. De toute façon, il s'agira d'ennemis acharnés d'Israël. Quant à la Russie, il semble bien qu'on la voit dans Gog d'Ézéchiel 38, celui qui vient «du fond du nord» (38v15). On n'en est pas encore au temps de l'accomplissement des prophéties de la fin. On en serait plutôt dans un temps où les ennemis d'Israël se détruisent mutuellement ; ce n'est pas la première fois que ça arrive (2 Rois 3v23 ; 2 Chr. 20v23).

6 juillet 2015

Daesh (= EI = ISIS = califat) exécute en masse. Leurs affiliés de Boko-Haram massacrent également en masse. Ils massacrent surtout des chrétiens qualifiés systématiquement de mécréants, mais aussi des musulmans jugés infidèles à l'Islam. Ils s'estiment être les saints représentants d'Allah. Leurs actes montrent tout le contraire de la sainteté, entre autre par la vente de femmes comme esclaves sexuelles.
Il est vrai que Dieu est un Dieu saint, qui a en horreur le mal. L'idolâtrie lui est tellement abominable et elle génère tellement d'iniquité, qu'Il voulait la détruire, mais non pas sans avoir montré une patience immense (voir ainsi son entretien avec Abraham en Gen. 15v14-16, où Il dit qu'Il n'interviendra que plusieurs siècles plus tard, car, dit-Il, «l'iniquité des Amoréens n'est pas encore venue à son comble»). Par ailleurs Dieu voulait, et veut encore, avoir des fidèles qui portent Ses caractères, et soient saints comme Lui est saint ; on trouve cela aussi bien dans l'Ancien Testament (Lév. 19v2) que dans le Nouveau (1 Pierre 1v16). Dieu s'était mis à part un peuple (Israël) dans ce but (Exode 19v5-6). Mais le peuple de Dieu à son tour a manifesté idolâtrie et iniquité; ils ont été jusqu'à faire pire que les idolâtres, notamment en faisant brûler leurs enfants à l'idole Moloch. Ils ont alors été l'objet de jugements / chatiments sévères à cause de leurs péchés, car «le jugement de Dieu commence par sa propre maison» (1 Pierre 4v17). Toutefois un petit résidu fidèle a été conservé (Mal. 3v16 et Luc 2v38). On trouve toutes ces dérives et avertissements prophétiques dans les livres des Rois et des Chroniques, et dans les prophètes, grands et petits. Dans le cadre du Nouveau Testament, le peuple que Dieu s'est mis à part, est constitué par les chrétiens (1 Pierre 2v9-10). On retrouve les dérives finales et les jugements / chatiments de Dieu à la fin quand Il ne peut plus supporter le développement du mal (Jude, 2 Pierre 2, Apoc. 3v14-20).
Dans l'évangile de Jean, le ch. 8 raconte l'affaire où les pharisiens voulaient lapider une femme adultère, et demandent l'avis du Seigneur. Celui-ci répondit par la phrase célèbre «que celui qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle». Certains interprètent cet incident comme signifiant que Jésus pardonnait facilement, d'autres l'interprètent en disant qu'il était en faveur de la lapidation ; les deux interprétations sont fausses. Quel était donc le sens de son propos ? c'était de leur rappeler que les chatiments prévus par la loi étaient censés être exercés par un peuple saint, un peuple qui haïssait le mal comme Dieu le hait (Deut. 17:7). Les pharisiens portaient-ils ainsi ces caractères de Dieu ? bien loin de là, c'est pourquoi dans cette affaire de Jean 8 les pharisiens se sont vite éclipsés de devant la présence du Seigneur Jésus, les plus âgés en premier car ils avaient le plus à se reprocher.
Le Daesh porte-t-il les caractères de sainteté de Dieu qui l'autoriseraient à exécuter des jugements / chatiments de Sa part ? Il en est loin, c'est évident pour tous ; leurs exécutions et massacres sont une abomination exécrable. Leur action est faite de manière à frapper d'horreur. Les prophètes de l'Ancien Testament appellent cela de la RAGE (2 Rois 19v27-28; 2 Chron. 28v9; Ésaïe 16v6; 37v28-29; Jér. 48v30; Actes 5v33; 7v40), et cette 'rage' aggrave la culpabilité de ceux qui commettent ces exactions : «Vous les avez tués avec une rage qui est parvenue jusqu'aux cieux» (2 Chroniques 28:9). Dieu est sensible à la manière dont le mal et la méchanceté sont exercés. Le temps du jugement / chatiment viendra aussi pour eux, et sera terrible.
Mais dira-t-on, pourquoi Dieu les laisse-t-Il faire ? Pourquoi ce «mystère de Dieu» (mystère de sa patience, de son inaction apparente) n'est-il pas terminé, même s'il va bientôt l'être (Apoc.10v7) ? Malheureusement le mal et l'iniquité du monde ne sont pas limités à Daesh. Or Dieu est «lent à la colère et grand en bonté» (Exode 34v6; Nombres 14v18 ; Néh. 9v17; Ps. 103v8; 145v8; Joël 2v13; Jonas 4v2), jusqu'au point d'envoyer Son Fils dans le monde pour apporter le salut. Mais notre Seigneur a été rejeté, puis crucifié. Et depuis, le monde ne s'est pas mieux tourné vers Lui. La laïcité ne fait que l'en éloigner davantage. Ah! si le monde, plongé dans la corruption et l'iniquité, et qui court à la perdition pouvait écouter Ses appels à la repentance! « Le Seigneur est patient envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance » (2 Pierre 3:9). Dieu agit encore, mais de façon non spectaculaire, pour faire proclamer ses appels.

2 juillet 2015

Suicide : on donne l’information que l’euthanasie est entrée dans les mœurs en Belgique, au point qu’une personne de 24 ans en bonne santé aurait été autorisée à ce que soit mis fin à ses jours, parce qu’elle n’a plus envie de vivre, parce qu’elle a des pensées suicidaires qualifiées savamment de « souffrance psychique ». On voit là la technique de Satan qui pousse les gens au désespoir pour les précipiter le plus vite possible en enfer. L’épisode du geôlier (gardien chef de la prison) de la ville de Philippes (Actes 16) en est aussi une illustration. La menace de sanction, qui pesait sur lui par les autorités si les prisonniers s’échappaient, le conduit à tirer son épée pour se tuer. L’apôtre Paul, ayant tout de suite compris la portée de son geste a commencé par l’en dissuader en le rassurant sur la présence des prisonniers. Ensuite il a pu lui parler de l’évangile, et le geôlier a fini par trouver le salut et même la joie, tant pour lui que pour toute sa famille. — Pour amener les âmes au désespoir, Satan les entoure de mensonge(s) en vue de les persuader qu’elles sont dans une situation sans issue. Il fait tout pour leur cacher la délivrance en Jésus  Christ, le sujet de l’Évangile. À l’exemple de l’apôtre Paul, le chrétien annonce la bonne nouvelle qu’il y a une issue, malgré tout ; dans la foi au Seigneur Jésus.
*
Violence partout : les foyers de guerre se multiplient (Afghanistan, Syrie, Iraq, Lybie, Nigeria et pays avoisinants, etc.). Les dirigeants occidentaux tentent en vain de rassurer sur leur capacité à contrôler ces conflits. L’impuissance devant l’islamisme extrémiste est flagrante. Dans un premier temps le désordre généralisé l’emportera (fin de Apoc.6). Puis viendra l’antichrist devant qui toute la terre sera dans l’admiration (Apoc. 13v3) ; pourquoi un pareil engouement ? probablement parce qu’il proclamera « paix et sûreté » partout, selon l’expression prophétique de 1 Thes. 5v3 ; on peut penser qu’il arrivera à maitriser les guerres en éradiquant toute trace de religion (2 Thes. 2v3-4), spécialement l’islam et la grande babylone ; ce sera le triomphe du concept de la laïcité, soutenant que les questions religieuses sont la source de tous les maux : c’est ce qu’on peut comprendre de Apoc. 13v5-6, l’homme accusant Dieu du mal qu’il a généré lui-même ; c’est le triomphe du mensonge. Satan a commencé cette tactique dès le début avec Caïn contre Abel ; l’antichrist en sera l’achèvement suprême. Son succès sera de courte durée, car Christ fera valoir ses droits (Apoc. 10v1-3 ; 16 ; 19v11-21), mais seulement quand le mal aura atteint son apogée (1 Thes. 5v3).
*
Islam : les uns disent que c’est une religion de paix ; les autres disent qu’il lui faut du temps pour s’adapter à la laïcité, les autres disent qu’accuser l’islam est très vilain, c’est de l’islamophobie ; les islamistes modérés disent que les extrémistes n'ont pas le vrai islam et inversement les extrémistes disent que les modérés n'ont pas le vrai islam. Mais ce qu'on ne dit surtout pas, c'est que c’est une religion qui n’offre aucun Sauveur. On le dit d’autant moins que l’athéisme ambiant de l'Occident n’en offre pas davantage.
*
Y a-t-il un lien entre les diverses rubriques du jour ? oui, c’est la généralité du mensonge.

19 mai 2015 L'église protestante unie (union des luthériens et des réformés) vient d'autoriser les pasteurs à bénir les mariages de couples homosexuels, suite à un vote donnant 94 pour et 3 contre. Commentaire de son président : on ne peut pas prendre la Bible au pied de la lettre, sinon on rétablirait l'esclavage et la polygamie. Ce commentaire reflète une méconnaissance de l'enseignement biblique (1 Cor. 7v2 et 23; Eph. 5v25). Que vaut la bénédiction donnée ? Rien si on cherche une bénédiction venant de Dieu, car cela ne s'appuie pas sur la Parole de Dieu. La décision est bien une décision d'ensemble (large majorité) qui manifeste concrètement l'état et le caractère de l'église protestante. Nous ne pouvons que penser à ce qui est dit de l'église de Sardes, Apoc. 3v1-4 (spécialement le v.1) : «tu as le nom de vivre et tu es mort [mort spirituelle].... Souviens-toi comment tu as reçu et entendu, et garde [sola scriptura!!]... tu as quelques noms qui n'ont pas souillé leur vêtement [petite minorité]»
12 mai 2015

Plusieurs s'interrogent pourquoi nous n'avons plus rien écrit en sujets d'actualité depuis 4 mois. Une des raisons est qu'«il n'y a rien de nouveau sous le soleil ; ce qui a été, c'est ce qui sera ; ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera» (Eccl. 1:9).
Comme confirmation de cela, notre Seigneur a résumé 2000 ans d'histoire de la vie du monde en huit versets seulement  : « Et vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres ; prenez garde que vous ne soyez troublés, car il faut que tout arrive ; mais la fin n'est pas encore.  Car nation s'élèvera contre nation, et royaume contre royaume ; et il y aura des famines, et des pestes, et des tremblements de terre en divers lieux. Mais toutes ces choses sont un commencement de douleurs. Alors ils vous livreront pour être affligés, et ils vous feront mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom. Et alors plusieurs seront scandalisés, et se livreront l'un l'autre, et se haïront l'un l'autre ; et plusieurs faux prophètes s'élèveront et en séduiront plusieurs : et parce que l'iniquité prévaudra, l'amour de plusieurs sera refroidi ;  mais celui qui persévérera jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé » (Matthieu 24:6-13).
Mais dira-t-on, le monde fait beaucoup d'efforts pour que ça aille mieux... on fait la guerre aux islamistes ISIS/Daesh, au Yemen, en Syrie, contre Boko-Haram, au Mali... on multiplie les lois et les décisions de justice pour changer la vie, la société, l'école, le mariage... mais comment se battre et comment légiférer quand on a perdu la notion du bien et du mal selon Dieu, et qu'on se satisfait de la déchristianisation ? — déchristianisation qu'on favorise et accélère même pour s'attirer les faveurs des partisans de l'islam (soit dans l'électorat, soit dans les medias). Ce qu'on fait est la plupart du temps inefficace, voire nuisible à cause des effets pervers. On propage, et si possible on impose, les idées contraires à l'ordre divin (voir lutte contre l'islamophobie, l'homophobie, etc.).
L'apôtre Paul a bien décrit cette situation issue du fait de mettre Dieu de côté : «ayant connu Dieu, ils ne le glorifièrent point comme Dieu, ni ne lui rendirent grâces ; mais ils devinrent vains dans leurs raisonnements, et leur coeur destitué d'intelligence fut rempli de ténèbres : se disant sages, ils sont devenus fous » (Romains 1:21-22).
Situation embrouillée en Iraq et Syrie et renversements d'alliances où les dirigeants occidentaux hésitent avec qui s'allier, du fait que leurs ennemis d'hier (Assad, Iran) sont ceux qui combattent leurs ennemis d'aujourd'hui (ISIS/Daesh), sans parler de ceux qui jouent un double jeu (Turquie). La lutte pour le pétrole est difficile à concilier avec la lutte contre le terrorisme, et donner un semblant de coloration de moralité à tout cela est encore plus difficile. Daniel 11 nous parle abondamment de situations semblables et de tels retournements d'alliance ; on prône le dialogue et la négociation et la conciliation, le cas échéant avec des médiateurs, mais comme le dit si bien l'Écriture Sainte (Dan. 11:27) : « Ces deux rois auront à coeur de faire du mal, et diront des mensonges à une même table ; mais cela ne réussira pas». Cependant Dieu garde la haute main sur les événements : «la fin sera encore pour le temps déterminé » (Dan. 11:27b). Le croyant peut donc rester en paix, sachant sur Qui se confier.

12 janvier 2015 Caricaturistes assassinés et manifestations correspondantes à la suite.
31 décembre 2014

Question : comment comprendre que le Seigneur présente son retour en gloire comme un évènement qui interviendra "par surprise" à une date inconnue (Matt. 24:37-44), alors que celle-ci semble pouvoir être calculée de façon assez précise – a priori, 1260 ou 1290 jours depuis l'établissement de l'abomination de la désolation dans le temple (Daniel 9:27 et 12:11) ? Réponse [M.Allovon]:

  • L'exhortation a une valeur morale pour nous aujourd'hui,
  • On peut effectivement penser que la connaissance (ou la compréhension) précise et détaillée de la prophétie sera perdue (Amos 8:11-12; Matt. 25:37-39),
  • Toutefois, de manière générale, le Seigneur ne nous donne jamais d'indications tellement précises qu'elles nous permettraient de dire au jour près ce qui va se passer en détail. Ce n'est pas la façon de faire de Dieu. Dieu nous révèle beaucoup de choses et de détails, mais Il reste souverain (cf. Matt. 24:35-36) - [si l'on peut dire, «Dieu n'est pas soumis à un calendrier»],
  • Quand bien même certains pourraient calculer la date précisément, cela ne leur servirait de rien si ce n'est pas mêlé avec de la foi - ce n'est pas un calcul de date qui fera attendre Son retour,
  • Au fond l'exhortation à veiller est justement là pour réveiller celui qui n'attend pas,
  • Mais on peut aussi penser que ce nombre de jours sera une source d'encouragement pour les fidèles qui les connaitront et qui les auront compris (cf. exhortation à persévérer jusqu'à la fin Matthieu 24:13, Daniel 12:11),
  • On peut faire un parallèle avec la première venue du Messie qui était aussi annoncée avec précision en Daniel 9, et qui aurait pu être calculée, mais la masse du peuple ne l'attendait pas [et même, semble-t-il, personne ne l'attendait «à cette date». Certains l'attendaient, mais pas à cause d'un calcul de date]

Que conclure pour nous qui attendons la venue du Seigneur (1 Thes. 4), et non pas ce «grand et terrible jour de l'Éternel» ? (Joël 2:31 et Mal. 4:5; comparer Actes 2:20. Ce jour de l'Éternel est le jour de jugement, de châtiments, en particulier Apoc.19:11 et suivants) [Bibliquest].

  • Nous n'avons aucune date donnée en rapport avec l'enlèvement de l'église : combien plus nous avons à attendre la venue du Seigneur à chaque instant, sans s'occuper des moqueurs qui disent le contraire (2 Pierre 3:3-4) !
  • Quel privilège nous avons de disposer de la Parole de Dieu dans son texte intégral (Bible), avec toutes les explications permettant de connaitre l'essentiel de l'avenir !
  • Quel privilège que Dieu ait daigné nous faire connaitre ainsi Ses pensées et Ses desseins en détail !
  • Alors nous Lui rendons grâces, nous Le louons, disant avec le Seigneur (Matt.11:25) : « Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et que tu les as révélées aux petits enfants »
18 décembre 2014

Le pape enthousiasme les foules et les medias. Il est allé prier dans une mosquée de Turquie. Il est intervenu auprès de certains chefs musulmans pour demander qu’ils désapprouvent publiquement l’EI = Daesh = Califat = ISIS. Il a critiqué le fondamentalisme (principe de revenir aux fondements !!!). La place St Pierre de Rome a été couverte de danseurs de Tango argentin pour son anniversaire. Le culte de Marie redouble. Même les cathos traditionalistes sont contents, car la liturgie ancienne somptueuse (avec sa messe en latin) est un peu favorisée. Que dire devant ce foisonnement de péripéties de la chrétienté décadente ? Bibliquest n’a qu’un commentaire à faire : Babylone la grande. Le seul étonnement est qu’on y est déjà.
On peut se demander pourquoi le culte de Marie prospère, alors que l'intérêt pour la foi en l’œuvre rédemptrice du Seigneur Jésus baisse. Jérémie 44 donne la clé, avec le tableau du développement du culte de la reine des cieux au temps de l’égarement final du peuple de Dieu précédant sa dispersion loin de sa terre. « L’avantage » du culte de Marie, c’est qu’il prend tout le monde sans demander de changement. La foi en Jésus mort sur la croix est bien la grâce offerte à tous, mais il faut encore se reconnaître pécheur et éprouver le besoin de changement. Pour le monde occidental d’aujourd’hui, c’est encore trop.
Le message de l’Évangile tire-t-il alors à sa fin ? C’est la question posée par le Seigneur ; « le fils de l’homme quand Il viendra, trouvera-t-Il de la foi sur la terre ? » (Luc 18v8). Le peuple de Dieu était alors réduit à l’état d’une veuve en présence d’un juge inique comme seul représentant de l’autorité ! (Quel tableau du monde occidental actuel !). Mais la grâce n’est pas finie : dans le même chapitre de Luc18, des gens bénéficient de cette grâce : outre les petits enfants, il y a le publicain affligé par tous ses péchés, se tenant loin, n’osant pas lever les yeux au ciel. Dans les populations éloignées, la grâce saura trouver de quoi se répandre, mais il n’y aura pas de publicité dans les medias pour en parler.

13 décembre 2014

Nous avons déjà eu plusieurs fois l'occasion ici de parler de la grande tribulation (Matt. 24v21), pour dire que contrairement à ce que beaucoup pensent, les vrais croyants de l'Église ne verront pas la grande tribulation, mais seront enlevés auparavant. Nous rappelons ainsi que l'enlèvement de l'Église est à situer entre les chapitres 3 et 4 de l'Apocalypse, tandis que la grande tribulation n'intervient que pendant la "dernière demi-semaine" de Daniel, ces 1260 jours dont il est si souvent parlé. Or ceux-ci n'apparaissent qu'au chapitre 11 de l'Apocalypse, c'est à dire nettement plus tard, bien après l'enlèvement. Mais si cette grande tribulation arrive ainsi tardivement, il ne faut pas, pour autant, penser que les événements précédents sont mineurs. D'autres événements fort terribles doivent frapper le monde au préalable, spécialement le monde occidental. Sans entrer dans les détails des événements et malheurs des chapitres 4 à 11 de l'Apocalypse, nous signalons trois événements annoncés par la Parole de Dieu et qui sont des bouleversements extraordinaires par rapport à tout ce que nous pouvons déjà voir aujourd'hui :
1. Le sixième sceau de l'Apocalypse (6v12-17) est un effondrement de toute la société.
2. L'europe (empire romain reconstitué) qui a présentement 28 pays membres, doit voir son nombre réduit d'abord à dix (Apoc. 13v1; 17v12; Dan. 7v24, et autres).
3. En outre sur ces dix pays, trois doivent encore disparaitre sous l'action du chef de l'empire romain et de son complice, l'Antichrist (Dan. 7v8, 24).
Il n'est pas clair si ces événements doivent nécessairement être postérieurs à l'enlèvement de l'Église. Retenons que, si les événements du moyen orient (Iraq, Syrie, Daesh = califat = EI) nous impressionnent, il y a encore d'autres énormités annoncées.

En face de tout ça, qu'est-ce que le Seigneur a présenté aux disciples pour que leur coeur ne soit pas troublé, à la veille de son départ ? Jean 14v1-3 : La maison du Père, et Lui venant nous chercher pour nous y conduire et être avec Lui. Saisissons la valeur profonde de ces choses.

22 novembre 2014 Djihadistes de retour au pays. Voir article spécial
31 octobre 2014 Troisième temple à Jérusalem. On parle de plus en plus de ce sujet. Au début de l'année 2014, un reportage télévisé en Israël a annoncé que les préparatifs pour la reconstruction du troisième temple étaient achevés. Ces derniers jours un promoteur de cette idée a été blessé et son agresseur tué. Des sites internet font savoir que la formation des sacrificateurs est en cours pour que le fonctionnement du temple puisse se faire sans tarder après la reconstruction.
On sait que ce qui retient les hommes politiques, c'est que la mise en place de ce temple suppose la destruction de la mosquée Al-Aqsa et que cette destruction entraînerait au minimum un embrasement de tout le moyen orient, et éventuellement une troisième guerre mondiale.
Parmi les Juifs, il y a des divergences sur la question de savoir si cette restauration doit avoir lieu avant l'arrivée du Messie, ou bien s'il faut attendre qu'Il vienne. Par ailleurs, l'arche est perdue depuis longtemps (déjà lors du second temple, celui d'Hérode).
La perspective chrétienne est la suivante : s'il est vrai qu'Ézéchiel 40 à 48 décrit un temple glorieux reconstruit dans le royaume d'Israël en paix sous le gouvernement du Messie, cependant un temple intermédiaire (probablement différent de celui d'Ézéchiel) est évoqué en Matthieu 24, 2 Thes. 2 et Apoc. 11. Matt. 24 et 2 Thes. 2 montrent que l'Antichrist se fera adorer dans ce temple, durant la grande tribulation selon Matt.24. Dès lors, même si l'on est convaincu de la pleine restauration future d'Israël dans le royaume du Messie-Christ, on ne peut que conclure que la reconstruction d'un troisième temple dans le temps actuel ne peut aboutir qu'au temple de l'Antichrist, c'est à dire à une abomination.
Certains chrétiens, voyant cela, pensent que la reconstruction du troisième temple ne peut pas avoir lieu avant le retour de Christ pour enlever son Église. La date de ce retour ne peut pas être connue. Toute prétention à la connaître est fausse.
Pour ce qui nous concerne, nous comprenons que c'est l'usage du troisième temple par l'Antichrist qui ne peut avoir lieu qu'après l'enlèvement de l'Église. Mais rien ne s'oppose à ce que la reconstruction et le fonctionnnement du troisième temple sans l'Antichrist ait lieu avant cet enlèvement de l'Église. Nous sommes toujours frappé de voir la vitesse d'évolution des événements dans la période actuelle.
Luc 21:24 dit que «Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis». La zone du «mont du temple» est bien encore foulée aux pieds par les nations. Mais l'on ne peut pas préciser la date de fin du temps des nations.
27 octobre 2014

En voyant tous les malheurs qui affligent ce monde, les guerres et les violences (Syrie, Irak, Kurdistan, califat, décapitations — Afghanistan — Nigéria, etc.) + les épidémies (Ebola surtout) + la pauvreté pour certaines populations, impliquant la famine + corruption morale généralisée et gens qui n’hésitent pas à blasphémer ouvertement, — on se croirait déjà arrivés dans la période des malheurs des quatre cavaliers décrite en Apocalypse 6.
Or la venue du Seigneur pour enlever son Église paraît vraiment se situer entre les ch. 3 et 4 de l’Apocalypse, donc avant le ch.6. Les preuves sont multiples, et nous n’en donnons que quelques-unes pour mémoire, n'indiquant que les plus évidentes qui ne font pas appel à la compréhension approfondie du sens de l’Apocalypse : assemblées ( = églises) mentionnées jusqu’au ch.3, mais pas dans la période des malheurs apocalyptiques (Apoc. 3 à18) + fidèles qui veulent se venger, comme dans l’Ancien Testament, Apoc. 6v10 + réapparition de la distinction entre croyants d'Israël et croyants des nations, Apoc.7 + réapparition d’un temple à Jérusalem où des fidèles adorent, Apoc. 11v1-2 + présence d’« anciens » dans le ciel ayant l’intelligence de ce qui se passe (4v10-11 ; 5v9 ; 11v16-17).
Dans ces conditions, il s’ensuit que les quatre cavaliers d’Apoc. 6 sont encore à venir + le retour du Seigneur est bien proche (avec les réserves de 2 Pierre 3v3-9) + les malheurs présents sont peu de choses par rapport à ce qui arrivera plus tard.

4 septembre et 15 octobre 2014

On parle beaucoup de décapitations actuellement, surtout par le nouveau califat ou état islamique ; les victimes sont des journalistes, des civils ordinaires, des yézidis, et toutes sortes de chrétiens et de combattants ; l'Arabie Saoudite pratique aussi la décapitation pour les condamnés à mort ordinaires. Loin de s'arrêter, les décapitations du califat paraissent augmenter continuellement.
Jean Baptiste fut décapité (Marc 6v27) pour avoir rendu un témoignage désapprobateur contre Hérode. L'apôtre Paul fut décapité selon la tradition rapportée par Eusèbe. Chez les Romains (et ultérieurement au royaume de France), la décapitation était une mort «honorable» (l'apôtre Paul était citoyen romain) par rapport à la crucifixion qui était ignominieuse. Mais on ne nous rapporte pas de cas de décapitations en grand nombre, hormis à la révolution française. Il est frappant aujourd'hui de voir réapparaître et se développer ce mode de mise à mort annoncé par la Parole de Dieu, alors qu'on le croyait éteint par la suppression de la guillotine.
Le début du ch. 20 de l'Apocalypse parle de la «première résurrection» en rapport avec les martyrs des temps apocalyptiques. Deux catégories de martyrs apparaissent au v. 4  : 1) ceux qui auront été «décapités pour le témoignage de Jésus et pour la Parole de Dieu», et 2) «ceux qui n'auront pas rendu hommage à la bête ni à son image et qui n'auront pas reçu la marque sur leur front et sur leur main». Cette deuxième catégorie ayant souffert sous le règne de «la bête» (= chef de l'empire romain, qui est l'Europe) comprend des saints ayant passé par la grande tribulation. L'existence de ces saints montre que la peine de mort sera rétablie en Europe (au temps de l'antichrist), et l'absence de décapitation laisse penser qu'une mort ignominieuse sera infligée à ces fidèles ayant refusé la marque de la bête, ce qui est effectivement le cas des deux témoins d'Apoc. 11 (Apoc. 11v8-9).
Quant à la première catégorie de ces martyrs des temps apocalyptiques, les décapités, ils auront souffert antérieurement au règne de «la bête», donc antérieurement à la grande tribulation. Mais d'où proviennent-ils ces martyrs décapités, puisqu'ils ne sont pas mis à mort par la bête = les autorités d'Europe ? La question se pose d'autant plus que l'empire romain = Europe pourrait continuer longtemps à ne pas pratiquer la condamnation à mort, au moins jusqu'aux temps apocalyptiques. Les événements actuels donnent des éléments de réponse qui n'existaient pas autrefois. On a maintenant tout lieu de penser que ces martyrs décapités seront les victimes des opposants les plus acharnés contre les croyants de la Bible d'avant la grande tribulation, contre ceux qui rendent témoignage à Jésus le Fils de Dieu ; ces opposants sont des tenants de l’Islam ou Islamistes : ils sont les seuls à pratiquer la décapitation, et qui plus est, la décapitation avec égorgement comme précise Apoc. 6v9.
Bien sûr tous les décapités actuels ne le sont pas « pour le témoignage de Jésus et pour la Parole de Dieu », mais les croyants fidèles à Jésus le Fils de Dieu sont bien globalement une cible de ces opposants.
Alors si de tels événements annoncés dans l'Apocalypse se mettent pareillement en place dans les détails déjà aujourd'hui, c'est que le retour du Seigneur pour enlever Son Église est bien proche !
Quoi qu'il en soit, pour le vrai croyant, la mort n'est pas une défaite (Apoc. 12v11).

8 octobre 2014

Où va-t-on ?

Ebola. Voilà une épidémie devant laquelle l'homme se trouve dépourvu. C'est arrivé à plusieurs reprises au Moyen-âge sous le nom de «peste». L'une des dernières et la pire a été la grippe espagnole de 1918, faisant plus de morts que la guerre elle-même. Ces épidémies, ou pandémies, font partie des «jugements désastreux» (Ézéc. 14v21) de Dieu. On en retrouve dans l'Apocalypse désignée par le mot de «mort» (6v8).
Voilà l'occident horrifié par les meurtres de l'état islamique. Voilà un autre fléau désigné par le terme «l'épée» dans la liste des jugements désastreux de l'Éternel en Ézéc. 14. On retrouve «l'épée» en Apoc. 6v8. Les jugements de Dieu d'Apocalypse 6 ne sont que des jugements préparatoires (!), postérieurs à l'enlèvement de l'Église. Si déjà les événements actuels font frémir, que sera-ce après cet enlèvement de l'église  !
Ces jugements sont censés parler et avertir les hommes à cause de leurs péchés. Mais quand on se veut laïque, on n'écoute pas Dieu, on préfère les ténèbres à la lumière (Jean 3v19). Or quand on est dans les ténèbres, on ne sait pas où l'on va (Jean 12v35). C'est ce qu'on constate tous les jours dans les manières de gouverner. La «lumière», c'est Jésus-Christ (Jean 1v4,5,9; 8v12; 12v35-36), ou l'évangile de la gloire de Christ (2 Cor. 4v4).

22 août 2014

Voici que le pape donne son approbation pour la lutte armée contre le califat islamique, également appelé ISIS ou EIIL. Des attaques violentes se développent en Syrie, en Iraq, en Lybie, au Nigéria, et ailleurs. Les excès et les cruautés révoltantes des partisans du califat justifient ces prises de position. On parle de guerre juste, licite, légitime. On croirait se retrouver en 1571 à la bataille de Lépante où les armées dites «chrétiennes», réunies à l'initiative du pape, ont combattu «victorieusement» contre les turcs musulmans. On comprend tout à fait les craintes qui animent les hommes, et la puissance et l'intensité des menaces qui pèsent sur l'occident «civilisé», mais on arrive là aux questions fondamentales sur :
la place du chrétien et de l'église dans ce monde, terrestre ou céleste (Philippiens 3v8-21; Colossiens 3v1-4),
la nature et le but des objectifs du chrétien (Philippiens 3v10-14),
le chrétien est-il un soldat, et si oui, de qui et pour qui ? (2 Tim. 2v3-4)
qu'est-ce que le chrétien doit défendre à tout prix, quel est le bon combat ? (2 Tim. 4v7; 2v15)
quel est le témoignage rendu devant le monde ? (quelle est la religion de paix et quelle est la religion de guerre ? – Entre l'islam et le christianisme, où est la vérité ?)
quelles ont été les différences entre la vie de Jésus Christ et celle de Mahomet ? de quelles manières se sont propagé le vrai christianisme d'une part et l'islam d'autre part ?
quelle est la nature de l'espérance du chrétien, et avant tout, qu'est-ce qu'un vrai chrétien ? (nouvelle naissance). Une guerre «juste» envoie-t-elle les soldats morts au ciel ou en enfer ?
quelle est la nature des positions et des rôles relatifs de l'église et de l'ONU qui est censé superviser les guerres licites ? L'ONU défend-il ou promeut-il des causes selon Dieu ? (2 Cor. 6v14)
qui seront les combattants des guerres licites ? des croyants ou des incroyants ? les «enfants de colère» peuvent-ils combattre pour Dieu ? (Éph.2v3)

Que nos lecteurs cherchent d'après la Parole de Dieu ce qui est le chemin du chrétien. Le site Bibliquest peut vous aider à trouver les réponses. Voir rubrique sur la guerre et sur la persécution.

22 août 2014

Ferguson : une ville du fond des États-Unis, un homme tué par la police, des nuits d'émeutes, les autorités qui peinent à rétablir l'ordre... Nous ne reprenons pas les vains discours sur l'amélioration des relations sociales ni sur la contribution de l'église au bon fonctionnement de la société. Un intérêt de cette affaire est d'aider à comprendre une expression imagée de l'Apocalypse, ch. 8 v.8 où, lors de la deuxième trompette, une grande montagne toute en feu est jetée dans la mer. Qu'est-ce que cela représente ? Une montagne est souvent dans la Parole de Dieu, l'image d'une grande puissance (voir types selon HR à propos d'Apoc. 6:14). Les grandes puissances comme les États-Unis ou autres paraissent solides et immuables. Les États-Unis eux-mêmes abritent et financent l'ONU de manière si nécessaire que l'ONU ne pourrait pas continuer à fontionner sans eux. Ces événements nous rappellent la fragilité de cette grande puissance humaine. L'image du colosse aux pieds constitués d'un mélange de fer et d'argile de Daniel 2 parle déjà de fragilité et d'instabilité. Mais ces événements de Ferguson donnent un éclairage supplémentaire, montrant qu'un grand pays peut «prendre feu» en peu de temps. On dira que ce n'est qu'une petite ville du Sud des USA ; c'est vrai, mais c'est une illustration, et après le retour du Seigneur, les événements peuvent prendre plus d'ampleur, en dimension et en violence, et c'est justement ce qu'on voit dans l'Apocalypse. On s'est souvent demandé quelle était la place des États-Unis dans la prophétie. C'est peut-être, nous disons bien 'peut-être', cette grande montagne toute en feu qui est jetée dans la mer, c'est-à-dire cette grande puissance qui prend subitement feu dans une révolte interne, et qui disparait brutalement pour se fondre dans la mer des peuples ordinaires et désorganisés.

21 août 2014 Encore Gaza, récapitulation.
Les prophéties d'Amos ôtent-elles tout espoir pour la bande de Gaza ? Il est vrai que son passé ancien est sombre : Josué 11v22, présence de géants, ennemis d'Israël + Juges 16v27-30 écroulement de la salle des fêtes avec probablement des milliers de morts, outre Samson + 2 Rois18v8, destructions + Jérémie 25v15-20, étourdissement et folie par suite de la fureur de l'Éternel et d'actions guerrières («épée»; mais les pays voisins sont aussi atteints) + Jérémie 47, dévastation par le Pharaon égyptien (!) + Sophonie 2v1-4, abandon au jour de la colère de l'Éternel + Zacharie 9v5, retranchement de son roi et angoisse forte.
Toutefois un brin de lumière apparait en 1 Sam. 6v3,17 : Une offrande faite à l'Éternel avait permis d'arrêter des plaies qui atteignaient toute la région depuis que les Philistins avaient cru se montrer plus fort que Dieu en prenant l'arche.
Mais surtout, le livre des Actes, au ch. 8, rapporte la première conversion au christianisme d'un non-Juif, un éthiopien  ; or celui-ci était en train d'aller à Gaza et lisait le chapitre 53 d'Ésaïe qui parle des souffrances et du sacrifice du Seigneur à la croix. Ayant écouté Philippe lui annoncer Jésus et ayant saisi la bonne nouvelle de l'évangile, l'éthiopien poursuivit tout joyeux son chemin vers Gaza, puis l'Éthiopie. La joie de l'évangile est aussi pour Gaza, et même pour eux parmi les premiers, – alors qu'elle n'avait pas été trouvée à Jérusalem d'où venait cet éthiopien, et où les Juifs rejetaient l'évangile et commennçaient à persécuter les chrétiens à ce moment-là.
Puisse Gaza se souvenir de ce premier messager, et se tourner dans la bonne direction pour sortir de ses misères et de ses pleurs, et trouver non seulement des consolations, mais même l'accès à la vraie joie ! (en dehors des objectifs actuels !)
15 août 2014

15 août : on rappelle que le titre de reine des cieux, et l'adoration qui lui est / était portée est le dernier degré de l'idolâtrie obstinée telle que la rapporte et la blâme le prophète Jérémie (Jérémie 7v18; 44v17-25).

Gaza. Les châtiments de destruction annoncés par le prophète Amos frappent par leur actualité : Amos 1v11-12. Le «feu qui dévore les palais» est promis à ceux qui «ont poursuivi leur frère avec l'épée» (Ésaü-Édom était frère de Jacob-Israël), qui «ont étouffé la miséricorde», dont «la colère déchire sans fin» et qui «gardent leur fureur à toujours». Amos 1v6-8 sur Gaza. Le «feu dans ses murs» et qui «dévorera ses palais» est promis à Gaza pour avoir emmené des captifs et les avoir livré à Édom, le frère-ennemi rempli de haine pour Israël.

14 août 2014 Quand on lit Apocalypse 12, on voit le grand dragon Satan acharné à faire son possible pour détruire Christ («l'enfant mâle»). Puis quand il ne peut plus l'atteindre, il s'acharne à essayer de détruire Israël («la femme qui avait enfanté le fils mâle»). Son but ? uniquement anéantir tous les desseins de Dieu. N'est-ce pas là l'objectif et le motif d'action de toute une série de groupes islamiques ? Certes pour le moment Israël n'est pas selon la pensée de Dieu, mais il reste dans la pensée de Dieu (Romains 11v25-27), en sorte qu'il reste vrai que ceux qui luttent contre Israël attirent la colère de Dieu contre eux (Zach. 1v14-15; 2v8; Abdias 10; Éz. 36v2-5; Jér. 51v24; et d'autres).
11 août 2014

Par rapport aux dernières décennies du vingtième siècle, on estime en général que nous sommes passés d’années de prospérité à des années de crise. Certains ont l’espoir que les bonnes années et les mauvaises années se succèdent selon des cycles plus ou moins réguliers, et qu’il suffit d’attendre le prochain retour de cycle pour retrouver la prospérité et pour sortir de la crise. Les expressions « périodes de vaches grasses » et « périodes de vaches maigres » tirées de l’histoire de Joseph dans la Bible sont entrées dans la langue française, et la laïcisation n’a pas réussi à les en faire sortir. Mais ce qu’on oublie ordinairement, c’est que cette succession de périodes de vaches grasses et de vaches maigres n’a rien de cyclique. Le songe du pharaon indiquait à celui-ci ce que Dieu allait faire (Genèse 41v28) ; les vaches grasses que le pharaon avait vues correspondaient à des années de grande prospérité, qui seraient suivies d’années de vaches maigres qui feraient disparaître entièrement toute la prospérité précédente : il est ainsi parlé de « famine très intense » qui « consumerait le pays » (Genèse 41v30-31). Tout cela s’achève par la venue au pouvoir absolu de Joseph, type du Seigneur Jésus, qui change tout l’ordre de choses pour le bien et pour la paix, et qui marche dans la crainte de Dieu en perfection. Les écrits ultérieurs, notamment Daniel et l’évangile de Matthieu, parlent aussi d’une « grande tribulation » terrible qui va venir sur le monde habité. L’Apocalypse nous en brosse quelques tableaux. Ce n’est certes pas l’attente de l’Église ou Assemblée, mais c’est ce qui attend le monde. Plus exactement cette « grande tribulation » est comme le sommet de la période de vaches maigres qui précède le règne de Christ. Si aujourd’hui on accepte que les années de vaches grasses sont derrière, et qu’on est en crise qui dure, il est bon de se souvenir de l’annonce biblique de période de vaches maigres, selon le songe envoyé par Dieu au pharaon et interprété par Joseph, et de ne pas s’illusionner sur des cycles ramenant les temps favorables. Le monde peut bien prétendre être laïque et n’avoir rien à faire de ces considérations bibliques, mais quand on est en période de vaches maigres et qu’on n’a plus de ressources, il serait sage d’écouter ce que Dieu annonce, et de se tourner vers Lui. Or le premier pas, c’est la repentance, selon la première prédication chrétienne (due à l’apôtre Pierre, Actes 2v38).

23 juin 2014

Sceaux de Apocalypse 6. L'ouverture des sceaux fermant le livre des plans de Dieu quant à la terre donne lieu en Apocalypse 6 à une succession de malheurs qui nous intéressent d'autant plus que ce sont les événements les plus proches de nous dans l'Apocalypse, ceux qui interviendront juste après l'enlèvement de l'Église vraie. Nous n'avons pas aujourd'hui l'accomplissement de ces sceaux et des événements accompagnateurs, mais nous en avons l'avant-goût. Nous avons souvent entrevu ici l'écroulement (futur) de la société occidentale annoncé par le sixième sceau. Cet effondrement n'a pas encore eu lieu, mais il y a tous les ingrédients qui se mettent en place — on a aussi entrevu la persécution des croyants du cinquième sceau, où le rétablissement de la peine de mort ne se fait pas contre les grands criminels, mais contre les vrais serviteurs de Dieu — on a aussi entrevu les nombreux morts du quatrième sceau causés par des maladies contagieuses ("pestes") ou des terroristes ("bêtes sauvages") — on a aussi entrevu l'amplification de la crise économique du troisième sceau. Or en voyant les massacres de Syrie, Iraq, Nigéria et autres pays, avec la crainte de propagation du Djihadisme jusqu'en Europe occidentale, nous pensons maintenant au deuxième sceau où le porteur d'une grande épée (c'est une image) ôte la paix sur la terre et les hommes s'égorgent l'un l'autre. Nous avons des avant-goût de tous ces sceaux.

Nous avons souvent parlé ici de la possible reconstitution du «roi du nord» sous une alliance Iran-Iraq-Syrie, ce roi du Nord prenant la relève d'un ancien royaume des séleucides, et étant le grand ennemi d'Israël dans les temps de la fin, selon les prophètes de l'Ancien Testament. Avec un autre vocabulaire, on parle actuellement de la formation d'un grand croissant chiite allant de l'Iran à la Méditerranée. L'invasion des rebelles EIIL ou ISIS donne un corps, ou un autre corps à cette crainte et à ce croissant. Bien sûr il n'y a pas de certitude que les événements présents soient la voie directe vers l'accomplissement des prophéties bibliques, mais c'est quand même probable. En tout cas il est hors de question de fixer des dates. La plupart des informations reçues proviennent de gens (journalistes) ou de chefs d'état qui ne s'intéressent pas à la vérité biblique et à ce qu'elle annonce. Ces informations sont donc biaisées pour l'essentiel et pour plusieurs raisons : a) parce que toutes les informations de temps de guerre sont la plupart du temps falsifiées pour des raisons de propagande, b) parce que les meneurs, chefs ou dirigeants sont aveuglés du fait qu'ils ne croient pas à la valeur de ce qu'annonce la Bible, c) parce que le devenir d'Israël ne leur parait pas être l'élément causal principal de tous ces événements du moyen orient. Même quand les informations ne sont pas falsifiées, elles couvrent les affaires superficiellement, et ne voient pas le fond vrai des choses, en tout cas pas comme Dieu les voit. Il sera intéressant de voir si la constitution de ce croissant s'accentue, ou par les rebelles de l'EIIL ou par l'Iran. Même si ceux-ci sont opposés maintenant, cela n'empêche pas l'accomplissement des prophéties bibliques. Au travers de tout ça, le croyant sait que nous sommes dans le temps de la grâce, et que ce temps ne consiste pas à mettre la paix dans le monde, fut-ce par des prières à Rome, mais à tirer du «présent siècle mauvais» (Gal. 1v4) des rachetés qui se tournent des ténèbres à la lumière (Actes 26v18), un peuple pour le Nom de Christ (Actes 15v14), jusqu'à ce que «la salle des noces soit remplie» (Luc 14v22; Matt. 22v9). Y a-t-il des convertis au vrai christianisme dans ces pays en guerre ? C'est là la vraie question. Cependant le travail de Dieu se fait de façon cachée comme le montrent plusieurs paraboles du royaume des cieux (semailles, ivraie, levain dans la farine).

10 mai 2014 Mensonge ambiant : voir l'article
5 mai 2014

Suite des canonisations. Déclarer saints des papes morts jette une confusion complète sur le sens des mots. La sainteté, ou fait d'être saint, au sens biblique, c'est l'état de ce qui est pur, sans faute, sans péché, sans souillure (spécialement du point de vue moral), séparé du mal. Les épîtres distinguent aussi la sainteté pratique (manifestée par les actions et le comportement et les paroles), et la sainteté de position, celle que le Seigneur a acquise aux croyants (vivants) par son oeuvre rédemptrice. La responsabilité du croyant est de veiller à ce que la sainteté pratique corresponde à la sainteté de position. Or toute l'opération de canonisation consiste à identifier des personnes (mortes au lieu de vivantes) ayant fait des bonnes oeuvres, des vertus héroïques, et capables malgré leur mort, de faire des miracles en faveur des vivants sur la terre. Et encore, les bonnes oeuvres dont il est parlé en rapport avec ces canonisations, sont des oeuvres importantes selon le monde, et n'ont rien à voir avec les oeuvres comme fruit de la vie divine qui est dans le vrai croyant. Cet exemple montre clairement plusieurs choses : 1. Ne pas changer le sens des mots tel qu'on le trouve dans la Bible. Ne pas se laisser tromper par un vocabulaire faux, qui est un moyen d'introduire le mensonge au milieu de la vérité. 2. Tous ces ajouts de pratiques et de doctrines religieuses ont pour seule base la «tradition», dont on voit bien qu'elle annule la Parole de Dieu, comme le disait notre Seigneur (Matthieu 15v6). 3. La tradition égare en ce qu'elle laisse entendre que la sainteté n'est pas possible ici-bas, mais est réservée pour l'Au-delà, et encore des années après la mort. C'est tout le contraire de l'enseignement biblique.

26 avril 2014 Béatification, canonisation de deux papes. Nous ne reviendront pas sur l'absence totale de base dans la Bible (Parole de Dieu) sur des choses pareilles, tant quant aux cérémonies, que quant à l'état de «bienheureux» (un miracle; aptitude a être vénéré plutôt localement; sortie du purgatoire) et à l'état de «saint» (deux miracles; vénération universelle; sens contraire à l'Écriture où les saints sont des gens vivants sur la terre). Nous soulignerons seulement la tristesse de l'absence de plusieurs points fondamentaux de la vérité chrétienne : Ignorance que le vrai bonheur de l'Au-delà est, pour le croyant, d'être avec Jésus (Luc 23v43; Phil. 1v23), et que cela est vrai pour tout vrai croyant, Ignorance de la faveur qu'a dès aujourd'hui le vrai croyant de la part de Dieu, et de sa pleine liberté d'accès par la prière au trône de la grâce (Matt. 11v28; Jean 6v37; Rom. 5v1-2; 8v31; Héb. 4v16; 10v19-22, et bien d'autres passages) sans qu'il soit besoin d'aucun intermédiaire, Quelle responsabilité que celle de ceux qui se disent conducteurs et qui cachent cela au peuple ! Il est aussi triste de vanter «l'ouverture au monde» d'un pape, alors que cette expression ne vise pas la communication du vrai évangile à un monde perdu, mais l'intervention dudit pape et de l'église dans les affaires de ce monde, et l'insertion des éléments du monde dans l'église (Jean 15v19-25; 17v14-16; 1 Jean 2v15-17; Phil. 3v18-19, et bien d'autres passages). La participation d'un million de personnes à ces cérémonies est-il un gage de succès de l'église ? De la grande Babylone, oui, mais sans l'approbation du Maître (Luc 12v35-40).
11 avril 2014

On nous dit que le nombre de manifestations pour protester augmente de manière importante. Le mécontentement croit. Les élections sont souvent l’occasion d’un déploiement de haine entre partis opposés. D’un côté cela nous rappelle l’épitre à Tite (3 v3) : « haïssables, nous haïssant les uns les autres ». D’un autre côté cette évolution confirme l’approche des temps de la fin (le 6° sceau d’Apoc. 6 correspond à un écroulement de toutes les structures de la société).

Malgré tous les signes de dégradation de la société, on constate que certains réagissent et ont le courage de le faire publiquement. On n’arrive pas à arrêter les « manif pour tous », opposées au mariage homosexuel. Quelques-uns continuent à proclamer bien haut que celui-ci est un péché. Mais simultanément on nous dit que ceux qui ont ce genre de courage sont de plus en plus victimes d’ostracisme. On n’en est plus aux simples moqueries pour faire honte, mais carrément à l’ostracisme, au rejet des personnes et non pas des idées seulement, et cela a lieu officiellement ou officieusement en grande école ou en firmes privées. À ceux qui subissent ce genre de persécution (car c’est de cela qu’il s’agit), rappelons les encouragements de Matt. 5v11-12 ; 10v16-35 ; Jean 15v18-24 ; 16v2-4.

23 janvier 2014

Nous avons souvent parlé ici de la probabilité de ce que Iran, Iraq et Syrie se rejoignent pour constituer ce que l'Écriture de l'Ancien Testament appelle Assyrien, ou Roi du Nord (voir entre autres les actualités du 11 mai 2013 et l'ancien royaume des Séleucides). La conférence de Genève cherche à chasser Bachar-El-Hassad, mais y arrivera-t-elle ? En tout cas il est remarquable que ces trois protagonistes font partie de la même famille spirituelle, les chiites. La guerre d'Irak par les américains a eu pour effet principal non pas de mettre en place un pouvoir démocratique capable d'instaurer la la paix, mais de remplacer les sunnites par les chiites, ce qui a ouvert la voie toute grande à l'unité spirituelle Iran, Iraq et maintenant la Syrie risque de s'y joindre par le moyen du Hezbollah chiite. Les unités spirituelles sont bien plus forte que les alliances issues de la diplomatie. Il y a longtemps que cela était bien connu de Nebucadnetsar quand il fit sa statue d'or (Dan. 3).
L'importance de ces réflexions résident dans le fait que le Roi du Nord, ou Assyrien, est d'après les prophètes de l'AT, le grand ennemi d'Israël, à la fois très redouté d'Israël (c'est déjà le cas), et à la fois créant la menace qui poussera le chef de l'empire romain (Europe) à se joindre à l'Antichrist, chef apostat de la nation d'Israël. Tout cela se terminera par Armaguédon (destruction des puissances ennemies de Dieu, chef de l'empire romain + Antichrist) puis par la destruction de cet Assyrien.

Le Vatican a rconnu avoir défroqué 400 prêtres (1/1000) en 2 ans sous le pontificat de Benoit XVI. La déception que cela a causé à celui-ci pourrait bien être à l'origine de sa démission. Mais celle-ci ne pouvait rien changer à l'existence de prêtres fautifs et à leur nombre. Ce qui est nouveau, c'est que les attaques contre l'église catholique sont maintenant animées par l'ONU. Il semble qu'elles vont continuer, les adversaires cherchant maintenant à faire démissionner ceux qui ont caché, ou couvert, les prêtres fautifs. Derrière cela, il y a aussi le désir de mettre la main sur les richesses de l'église par le biais des dommages-intérêts accordés par les tribunaux. D'une manière ou d'une autre on voit le développement d'un sujet également traité ici à maintes reprises, à savoir le processus résumé par Apoc. 17:16-17 où la grande Babylone est progressivement dépouillée et réduite à néant par les chefs des nations. L'église officielle (catholique d'abord, mais avec tout l'oecuménisme qui s'y joindra pour finaliser Babylone) met à tort sa confiance sur la promesse du Seigneur, que les portes du hadès (portes de l'enfer commes ils traduisent) ne prévaudront pas contre elle. Cette promesse est vraie pour l'église bâtie par le Seigneur et comprenant tous les vrais croyants (Matt. 16), mais elle n'est pas vraie pour les grandes églises officielles qui sont remplies de gens qui ne sont pas nés de nouveau.
Nous nous attendons à l'accentuation du processus destructif de Apoc. 17:16.
Certains nous diront que nous n'avons pas le droit de nous réjouir de ce processus qui fait partie de la déchristianisation. Effectivement, la déchristianisation est un sujet de tristesse montrant le triste état du coeur de l'homme après tant d'actions en grâce de la part de Dieu, mais la destruction de Babylone est bel et bien un sujet de triomphe et de louange envers Dieu quand il sera achevé : Apoc. 19:1-7 en fait résonner l'écho venant du ciel.
Que reste-t-il alors des exhortations de l'apôtre Paul (Phil. 4:4) «Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, encore une fois je vous le dirai: réjouissez-vous» ? Le vrai chrétien ne met pas sa joie et son plaisir dans la puissance terrestre, dans la grandeur et la gloire humaine d'une église en pleine mutation vers Babylone. Sa joie est dans le Seigneur, son trésor est au ciel (Matt. 6:19-20), son attente est son Seigneur qui va bientôt venir le prendre ; alors l'anéantissement de l'incrustation terrestre de l'église gérée par les hommes ne fait que le convaincre d'autant plus, que les voies de Dieu sont parfaites, que la ruine de Babylone est une bonne chose (faire disparaitre ce qui est vain, et ne laisser subsister que ce qui est précieux), et que la joie et la bénédiction sont dans un chemin d'imitation de Jésus, même si ce n'est la part que d'un petit nombre de croyants.

11 janvier 2014 À l'heure où beaucoup combattent un humoriste en raison de son antisémitisme (qu'il essaie de requalifier en antisionisme), nous rappelons notre rubrique sur l'antisémitisme qui donne le point de vue chrétien sur le sujet.
8 janvier 2014 Carte mondiale avec l'indice des persécutions par pays
1er janvier 2014 Pour le NOUVEL-AN 2014, nous laissons à nos lecteurs un texte figurant depuis longtemps sur bibliquest :   Regardez en haut, et levez vos têtes - Luc 21:28 [encouragements pour un temps de déclin]. Mais ce texte ne peut encourager que les croyants. Pour les non-croyants, l'avenir est de plus en plus sombre, et ne peut s'éclaircir qu'en faisant demi-tour pour se tourner vers Jésus-Christ.

 

[page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt]