[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

LA VICTOIRE DE CHRIST SUR SATAN

 

Jacques-André Monard

 

Table des matières :

1     Victoires durant le ministère de Jésus

2     La victoire à la croix

3     Les conséquences de la victoire de Jésus à la croix

4     Les résultats finaux de la victoire sur Satan

5     Conclusion

 

ME 2008 p.166-171

 

Dans le jardin d’Éden, le péché est entré dans le monde à l’instigation du serpent — ou de Satan. Mais à peine était-il entré que Dieu a annoncé l’écrasement total de ce grand ennemi. Il lui a dit : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence. Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon » (Gen. 3:15). C’est la première prophétie de l’Écriture. Elle annonce la venue de Christ, semence de la femme, et son œuvre glorieuse. Elle utilise l’image d’un homme qui marche sur un serpent. L’homme est blessé, il est arrêté dans sa marche, mais le serpent a la tête écrasée. Il peut avoir encore quelques convulsions, mais sa puissance est anéantie ; il est détruit.

L’accomplissement de cette prophétie se situe sans aucun doute à la croix, et nous allons voir les passages du Nouveau Testament qui le confirment. Néanmoins il y a une première défaite de Satan lors de la tentation de Jésus, au désert, et des défaites subséquentes durant son ministère. D’autre part, la Parole nous révèle que la réalisation effective du jugement de Satan et sa mise hors d’état de nuire s’effectuera par étapes, dans les temps futurs.

 

1                    Victoires durant le ministère de Jésus

Lorsque Jésus commence son ministère sur la terre, le diable vient à lui et le tente par trois fois. Il cherche à l’inciter à accomplir des actes qui ne sont pas selon la volonté de Dieu (Matt. 4:1-11 ; Luc 4:1-13). Par trois fois, Jésus repousse ses sollicitations en utilisant simplement la parole de Dieu : « Il est écrit... ». Notre Seigneur est l’homme parfaitement obéissant, en contraste avec Adam dans le jardin d’Éden. La parole de Dieu, citée opportunément, met le diable en fuite. C’est aussi le moyen qui est à notre disposition pour résister aux tentations qu’il ne manque pas de placer devant nous.

Remarquons que le diable connaît les Écritures. Il peut les introduire astucieusement dans ses tentations, en en déformant la portée. D’où la nécessité, pour nous, de bien les connaître.

Au cours de son ministère, le Seigneur va « de lieu en lieu, faisant du bien, et guérissant tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance » (Act. 10:38). Selon ce qu’il présente lui-même dans une parabole, il est entré dans la maison de « l’homme fort ». Étant « plus fort que lui », il l’a vaincu, il l’a lié, et il peut piller ses biens (Matt. 12:29 ; Marc 3:27 ; Luc 11:21).

En Luc, à la fin du récit de la tentation, il est dit : « Et ayant accompli toute tentation, le diable se retira d’avec lui pour un temps » (4:13). Ceci laisse entendre qu’il va revenir. Et en effet, à la fin de son ministère, le Seigneur dit à ses disciples : « Le chef du monde vient, et il n’a rien en moi » (Jean 14:30). Dans l’angoisse terrible par laquelle passe le Seigneur au jardin de Gethsémané, on peut bien penser que Satan est derrière la scène, cherchant une ultime fois à détourner Jésus de l’obéissance à Dieu, brandissant devant lui l’horreur des heures durant lesquelles il va être abandonné et connaître le jugement de Dieu contre le péché.

 

2                    La victoire à la croix

Très peu de temps avant d’être saisi par les juifs et condamné à la crucifixion, le Seigneur dit à ses disciples : « Maintenant est le jugement de ce monde ; maintenant le chef de ce monde sera jeté dehors » (Jean 12:31). Ce « maintenant » désigne le moment de la croix. C’est l’accomplissement de la prophétie de Genèse 3. En Jean 16, le Seigneur parle également de ce jugement sur Satan. Il dit : « Le chef de ce monde est jugé » (v. 11). Son jugement complet et définitif est prononcé, même s’il n’est pas encore exécuté. Désormais la foi le considère comme un ennemi vaincu.

C’est aussi le moment où le monde a été jugé (Jean 12:31). Il est jugé avec son chef. Il n’y a plus aucun espoir pour le monde, qui a rejeté le Fils de Dieu venu en grâce. Mais il y a de l’espoir pour les hommes de ce monde. S’ils reçoivent le Seigneur, ils sont sauvés et retirés du présent siècle (cf. Gal. 1:4).

 

3                    Les conséquences de la victoire de Jésus à la croix

Du plus profond de nos cœurs, nous pouvons rendre grâces à Dieu et le louer parce qu’il « nous a délivrés du pouvoir des ténèbres, et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour » (Col. 1:13).

L’épître aux Hébreux nous dit : « Puis donc que les enfants ont eu part au sang et à la chair, lui aussi semblablement y a participé, afin que, par la mort, il rendît impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable ; et qu’il délivrât tous ceux qui, par la crainte de la mort, étaient, pendant toute leur vie, assujettis à la servitude » (2:14, 15). Quel bonheur pour nous d’apprendre que, par sa mort, Jésus a rendu impuissant celui qui nous tenait dans la servitude !

Bien que vaincu, Satan déploie encore tous ses efforts pour faire tomber les croyants. Nous ne le savons que trop par expérience. Il continue à faire ce qu’il a fait avec les disciples de Jésus : les cribler comme le blé (Luc 22:31). L’apôtre Paul exhorte les croyants à être sur leurs gardes. Il s’agit de « tenir ferme contre les artifices du diable » (Éph. 6:11), de ne pas ignorer ses desseins (2 Cor. 2:11), de ne pas s’exposer à ses tentations (1 Cor. 7:5). À des croyants qui doivent accomplir un service délicat parce qu’ils sont « spirituels », il adresse l’exhortation incisive : « prenant garde à toi-même, de peur que toi aussi tu ne sois tenté » (Gal. 6:1).

Mais Satan doit être considéré comme un ennemi vaincu, qui n’a aucune puissance contre nous si nous nous tenons près de Christ. Ses stratégies d’attaque peuvent beaucoup varier — il est tantôt « serpent », tantôt « lion », tantôt « ange de lumière » — mais dans tous les cas nous avons à lui résister. « Résistez-lui, étant fermes dans la foi » (1 Pierre 5:9). « Résistez au diable, et il s’enfuira de vous » (Jacq. 4:7). Glorieux résultat de la victoire de Christ ! Que notre foi sache le saisir !

Les jeunes gens auxquels s’adresse l’apôtre Jean étaient « forts ». La parole de Dieu demeurait en eux — ils suivaient l’exemple que montre le Seigneur lors de la tentation — et ils avaient « vaincu le méchant » (l Jean 2:14).

L’état chrétien normal est décrit par cette parole de la même épître : « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas, mais celui qui est né de Dieu se conserve lui-même, et le méchant ne le touche pas » (5:18). L’œuvre de Christ est parfaite. Et nous avons des ressources pour le cas où notre manque de vigilance nous aurait fait tomber dans un piège que Satan a tendu devant nous (cf. 2:1).

« C’est pour ceci que le Fils de Dieu a été manifesté, afin qu’il détruisît les œuvres du diable » (1 Jean 3:8).

 

4                    Les résultats finaux de la victoire sur Satan

Le livre de l’Apocalypse nous décrit les étapes de l’exécution du jugement de Satan. Dans le chapitre 12 — où nous apprenons qu’il est l’accusateur des frères, qui les accuse devant Dieu jour et nuit (v. 10) — Jean assiste à un combat dans le ciel. Michel l’archange et ses anges luttent contre Satan et ses anges, les chassent du ciel et les précipitent sur la terre. « C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux et vous qui y habitez. Malheur à la terre et à la mer, car le diable est descendu vers vous, étant en grande fureur, sachant qu’il a peu de temps » (v. 12). Ce grand événement marque le début de la grande tribulation, au milieu de la 70ième semaine de Daniel.

En outre, ce passage présente les martyrs des années qui ont précédé comme ayant été vainqueurs de Satan. Ils « l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; et ils n’ont pas aimé leur vie, même jusqu’à la mort » (v. 11).

À la fin de cette courte mais terrible période de trois ans et demi, le Seigneur vient en gloire et établit son royaume sur la terre. Au début du chapitre 20, nous voyons un ange descendre du ciel « ayant la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Et il saisit le dragon, le serpent ancien qui est le diable et Satan, et le lia pour mille ans » (v. 1, 2). Durant le Millénium, Satan est hors d’état de nuire ; il ne peut plus séduire les hommes (v. 3).

À la fin de cette période de bénédiction pour toute la terre, « Satan sera délié de sa prison » (v. 7) et s’empressera d’entraîner les nations à la révolte contre Dieu. Mais son succès sera de courte durée. Le feu descendra du ciel pour exterminer ces hommes et Satan lui-même sera jeté dans l’étang de feu, pour être, comme tous ceux qui seront dans ce lieu effroyable, « tourmentés, jour et nuit, aux siècles des siècles » (v. 10). Le Seigneur Jésus avait déjà parlé du « feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges » (Matt. 25:41). Là seront jetés aussi tous ceux qui ne l’ont pas reçu.

 

5                    Conclusion

Satan écrasé sous les pieds de Christ, voilà ce qu’annonçait la première prophétie de l’Écriture. L’apôtre Paul conclut son épître aux Romains par cet encouragement : « Or le Dieu de paix brisera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous ! » (Rom. 16:20). Nous sommes déjà liés à Jésus quant à notre position. Bientôt, avec des corps glorifiés, « nous serons toujours avec le Seigneur » (1 Thess. 4:17). Nous l’accompagnerons quand il sortira du ciel pour établir son règne sur la terre (Apoc. 19), et participerons à sa victoire.

Que Dieu nous donne de saisir la réalité de la victoire de Christ sur Satan, et de savoir traiter celui-ci comme un ennemi vaincu !