[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Henri Rossier — Courtes méditations

 

 

La Nourriture et la Marche

H. Rossier — Courtes méditations — n°38 [34]

ME 1923 p. 229-232

Pour entreprendre une longue marche, il est nécessaire d’avoir pris de la nourriture et ensuite de renouveler ses forces avec les aliments dont on a fait provision. Je désire aujourd’hui montrer en quelques mots l’influence de la nourriture sur la marche du chrétien.

Après la Pâque et la mer Rouge (types de la Rédemption qui, d’un côté, nous met à l’abri du jugement de Dieu, de l’autre nous délivre de l’esclavage de Satan et nous amène à Dieu), le peuple d’Israël est appelé à entreprendre la marche à travers le désert. Ici il n’a qu’une seule nourriture, nourriture uniforme sans doute aux yeux de l’homme, mais contenant tous les éléments qui entretiennent la vie et pourvoient aux obstacles de la route ; de même il n’a qu’une boisson, l’eau vive sortant du rocher frappé. — Dans la nuit mémorable qui précéda sa sortie d’Égypte, le peuple s’était nourri, une fois pour toutes, en figure, d’un Christ mort, et n’avait plus désormais qu’à célébrer le mémorial de la Pâque. Dans le désert il se nourrit en figure d’un Christ vivant, descendu du ciel, d’un Christ homme venu pour faire la volonté de Dieu, pour le glorifier dans la soumission d’une humble dépendance, pour servir son Dieu et pour servir ceux qu’il venait sauver.

En décrivant les vertus de cet homme sans apparence qui était le pain vivant descendu du ciel et n’a pas cessé d’être ce pain vivant, puisqu’il est «la manne cachée» dans le sanctuaire, combien je suis humilié de savoir si peu proclamer ses vertus, si peu les réaliser dans la marche journalière ! C’est qu’il est nécessaire, pour les faire valoir, d’imiter le peuple, c’est-à-dire de récolter la manne chaque matin, pour la manger chaque jour. Un jour sans manne était un jour sans force, un jour où la défaillance atteignait en chemin celui qui avait négligé de se pourvoir de cette nourriture. La fatigue de l’Israélite n’avait aucun rapport avec la qualité de l’aliment céleste, car il y avait dans ce dernier, jour après jour, une force suffisante pour chaque étape du voyage. De même pour nous : un chrétien qui se nourrit journellement des perfections de Christ homme, qui le suit dans son service, dans son dévouement, dans son parfait oubli de lui-même, dans son inlassable activité, dans ses sympathies, ses miséricordes et son amour, dans sa sainteté et sa pureté absolues, dans une vie où chaque instant était consacré à Dieu et aux hommes... Aux hommes ? quand pas un instant de cette vie ne passait sans souffrir de leur part ! Mais comment connaître cette vie ? Nous l’avons dans la Parole qui n’en est pas un reflet affaibli, mais l’expression vivante elle-même. C’est par la Parole qu’elle se communique à nous. Jamais si, cherchant Christ dans la Parole, nous le récoltons chaque jour, nous ne sentirons aucune lassitude de la marche ! Dans cette manne est la force de nos âmes. «Bienheureux», est-il dit, «celui dont la force est en toi !» (Ps. 84:5).

Mais, prenons-y garde, dès que le désir des aliments de l’Égypte s’est emparé de nos coeurs, la manne a perdu sa valeur : «Il n’y a rien, si ce n’est cette manne, devant nos yeux», dit le peuple infidèle (Nomb. 11:6). En nous nourrissant de Christ, tel qu’Il s’est manifesté comme homme ici-bas et tel que sa Parole nous le fait connaître, nous arriverons victorieusement et sans entrave au bout de la course.

Telle est la nourriture du chrétien pour sa vie journalière, alimentée par la vie divine manifestée dans l’homme Christ Jésus ; vie qui nous amènera finalement en Canaan où la manne cessera et où nous serons rassasiés du blé du pays. Mais nous, chrétiens, nous avons le privilège de jouir à la fois, déjà ici-bas, de la nourriture du désert et de la nourriture de Canaan.

Le Psaume 23, tout en nous menant dans le désert, nous parle de cette autre nourriture. En effet, la nourriture d’une brebis n’est pas la même que celle d’un voyageur. Mais, en tout premier lieu la brebis a le Berger avec elle pour la conduire, et rien que Sa présence lui fait dire : «Je ne manquerai de rien». À sa suite elle est nourrie dans le désert de tout ce que le pays céleste offre de meilleur : Repos au milieu de l’abondance, âme désaltérée en buvant aux eaux courantes de la vie et de l’Esprit. Ce sont les bénédictions spirituelles et célestes que le Berger connaît bien et vers lesquelles il dirige nos pas. Avec ce rassasiement de joie qui comble tous nos désirs et répond à tous nos besoins, le voyage à travers la vallée où règne l’ombre de la mort nous est facile. L’âme pleine de repos est maintenant pleine d’assurance. «Je ne craindrai aucun mal», dit-elle ; «tu es avec moi». Les pâturages herbeux ne sont pas toujours là, mais tout va bien si tu es là. Tu as des ressources pour toutes les circonstances.

Mais voilà que l’aspect désolé d’un monde où la mort jette ses ombres lugubres fait place à l’aspect nouveau, bien autrement angoissant, d’un désert plein de dangers, rempli à chaque pas d’ennemis et d’embûches. Ici la brebis a besoin d’un renouvellement de provisions, d’une nourriture appropriée au caractère de la contrée sauvage qu’elle doit traverser. La table dressée ne rappelle-t-elle pas le grand souper de la grâce ? La tête ointe d’huile, la connaissance par le Saint Esprit d’un Christ céleste ? La coupe comble n’est-elle pas la joie dans Sa communion et dans la louange ? Ainsi, du commencement à la fin, cette nourriture-là est céleste et acquiert toujours plus de prix à mesure que nous approchons du terme du voyage. Ce terme, la brebis peut en dire avec une pleine assurance : «Mon habitation sera dans la maison de l’Éternel pour toujours !»