[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Éducation du croyant pour en faire un vrai adorateur

 

Genèse 47:27-31 et Hébreux 11:21 — 2 Samuel 15:30-34

 

H.L. Heijkoop

 

 

Traduit de l’allemand : Aus dem Wort des Wahrheit vol. 1 pages 160-175.

Les titres et sous-titres ont été ajoutés par Bibliquest

 

Table des matières abrégée :

1     Ce qu’est l’adoration, sa source

2     Genèse 47:27-31 et Hébreux 11:21

3     2 Samuel 15 — Fuite de David devant Absalom

 

Table des matières détaillée :

1     Ce qu’est l’adoration, sa source

2     Genèse 47:27-31 et Hébreux 11:21

2.1      La vie de Jacob

2.1.1      147 ans

2.1.2      Les exercices de Jacob. Le nouveau nom d’Israël

2.2      Connaître le Père

2.3      L’aboutissement de l’éducation de Dieu

2.4      Genèse 47:28 — Jacob ou la vie du croyant : Apprendre à connaître le Père et le Fils par la Parole et par l’Esprit

2.5      Genèse 47:29 et Hébreux 11:21 — Israël ou le résultat des expériences de la vie, et l’adoration

2.5.1      Adorant appuyé sur le bout de son bâton, ou le résultat des expériences de la vie

2.5.2      Bénissant le pharaon

2.5.3      Désirant les lieux célestes

2.6      Genèse 47:31 — Adorant appuyé sur le bout de son bâton

2.6.1      Les expériences apprennent personnellement quelque chose du Seigneur

2.6.2      Celui qui retourne en bien les faux pas

2.6.3      Les pères qui connaissent Dieu

2.6.4      Devenus adorateurs

3     2 Samuel 15 — Fuite de David devant Absalom

3.1      David avait fait mauvais usage de la grâce envers Absalom

3.2      Akhitophel parmi les conjurés

3.3      Le sommet de l’épreuve. Adoration

3.4      Délivrance

 

 

1                    Ce qu’est l’adoration, sa source

J’ai pensé à ces passages, alors que nous chantions ce que le Seigneur représente pour nous, notre Seigneur fidèle, notre bon Berger. Nous avons aussi chanté ce qu’Il fait pour nous, de sorte qu’Il est notre portion, et que notre cœur Lui appartient. Nous avons exprimé par-là ce que nous avons trouvé auprès du Seigneur. Cela m’a fait penser à une conversation que j’ai eue ce matin, après la réunion. Une sœur m’a demandé: Comment as-tu trouvé la réunion, ce matin ? J’ai réfléchi rapidement, puis je lui ai répondu : Nous aurions tous préféré qu’il y ait eu davantage d’adoration. Pourtant je crois que cela a été une bonne matinée, où il y avait quand même certainement un commencement d’adoration.

Adorer, ce n’est pas remercier pour ce que nous avons reçu. L’adoration consiste à exprimer et admirer la gloire du Père et du Fils, comme nous l’avons vue en eux. « Le Père en cherche de tels qui l’adorent. Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4:23-24). En Hébreux 1:6 il est dit, relativement au Seigneur Jésus, que Dieu a ordonné aux anges de Lui rendre hommage.

Jean 4 nous indique la base la plus profonde de l’adoration, et ce qui nous rend capables d’adorer. L’eau vive, que le Seigneur donnerait, serait en nous une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle. Dans les chapitres 14, 15 et 16 de Jean, le Seigneur parle du Saint Esprit que le Père enverrait en son Nom (Jean 14:26), et que Lui-même enverrait (Jean 15:26 et 16:7). C’est le don dont le Seigneur Jésus parle à la femme; et en relation directe et immédiate avec ce sujet, Il parle de l’adoration.

Jean 3 nous apprend, ainsi que d’autres passages, que l’eau est une figure de la Parole de Dieu, rendue vivante par le Saint Esprit. La Parole décrit la gloire du Fils et du Père. Ainsi le Saint Esprit qui habite en nous peut rendre vivante la Parole, et en faire une fontaine d’eau vive dans notre cœur, laquelle jaillit en vie éternelle. Nous entrons par-là dans une relation vivante avec Celui qui est le Dieu véritable et la vie éternelle (1 Jean 5:20). Ainsi nous connaissons le Père et le Fils, et nous pouvons adorer. Si nous exprimons cette connaissance, que nous avons reçue non pas par notre intelligence, mais par notre cœur, avec notre amour, alors voilà l’adoration. Nous avons chanté quelque chose de ce que nous avons reçu, mais dans les deux cantiques, nous avons aussi exprimé que nous avons reçu cela de Sa part, et que par ce fait même, nous avons appris à connaître qui Il est, Lui.

Lorsque pendant la guerre, je souffrais d’une faim intense en camp de concentration, et que le Seigneur me donnait du pain d’une manière particulière, j’ai appris par cela à connaître quelle était Sa puissance. À travers les expériences de la vie, nous apprenons effectivement à mieux connaître le Seigneur. Mais en outre, nous sommes privilégiés de posséder la Parole de Dieu, et d’avoir ainsi la description vivante de la gloire du Seigneur Jésus. Oui, Il est bien la Parole, comme le dit Jean 1:1 : « Au commencement était la Parole, et la Parole était auprès de Dieu, et la Parole était Dieu ». Tout ce qui, dans la Parole, est appelé bon, est une description de ce qu’Il est.

Il est la révélation de Dieu. Mais Il est aussi la révélation de ce qu’est l’homme selon les pensées de Dieu. En tout cas, nous apprenons à Le connaître dans la Parole, et nous pouvons alors L’adorer. Il disait en Jean 14:9 : « Celui qui m’a vu, a vu le Père ». Si donc nous apprenons à Le connaître dans Sa gloire, par la puissance du Saint Esprit, cela veut dire que nous apprenons aussi à connaître le Père, de sorte que nous pouvons aussi adorer le Père. C’est ainsi que le Seigneur Jésus dit en Jean 17:3 : « Et c’est ici la vie éternelle, qu’ils te [Père] connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ ».

 

2                    Genèse 47:27-31 et Hébreux 11:21

2.1   La vie de Jacob

2.1.1       147 ans

En Genèse 47, nous trouvons Jacob à la fin de sa longue existence. Il est arrivé à l’âge de 147 ans, soit 21x7 années. Dans l’Écriture, sept est le nombre d’une durée complète (le plus souvent également parfaite). Nous retrouvons cela partout, et déjà en Genèse 1 avec les sept jours durant lesquels le Seigneur a préparé la terre pour les hommes et s’est reposé au septième jour. Le nombre 147 se décompose aussi en 7x7x3. Trois est le nombre d’une révélation complète, de sorte que c’est là-dessus que  l’accent est mis. Nous avons donc ici devant nous, un homme ayant eu toutes les expériences de vie pratique d’un croyant sur la terre. Nous pouvons aussi dire que nous voyons dans la vie de Jacob, la préparation d’un croyant opérée par le Saint Esprit pour l’amener à l’adoration.

C’est le caractère général de la vie de Jacob. Abraham est avant tout un type de notre marche par la foi comme étrangers ici-bas sur la terre (Genèse 12 à 21), et à partir du chapitre 22, il est une figure de Dieu le Père, Isaac représentant plutôt la personne du Seigneur Jésus, et de ce fait la position de fils. Mais, dans la vie de Jacob, nous trouvons le type de la discipline et de l’éducation du Saint Esprit. Dans ces 147 années, nous voyons donc un témoignage complet du vaste travail du Saint Esprit.

 

2.1.2       Les exercices de Jacob. Le nouveau nom d’Israël

En premier lieu, nous avons lu ici en Genèse 47, que Jacob habitait le pays de Goshen. Ce pays était un lieu de bénédiction et de repos. Aucun exercice de Jacob ne s’y trouve plus décrit (on les trouve dans les chapitres précédents). Sa vie a été riche en exercices — exercices d’un homme aimant vraiment les promesses de Dieu, et désirant recevoir la bénédiction de Dieu, mais qui cherchait à les acquérir au moyen de son intelligence naturelle et de ses forces naturelles, et qui a dû apprendre que la bénédiction ne peut s’obtenir de cette manière. Nous non plus, nous ne pouvons recevoir la bénédiction qu’en nous remettant aux mains du Seigneur, et à la direction du Saint Esprit. Alors celui-ci peut faire de nous un prince de Dieu, comme ce fut le cas de Jacob au ch. 32. Quand Dieu toucha la hanche de Jacob, Il brisa sa force naturelle, de sorte que, dès lors, il boita, et dut marcher en s’appuyant sur un bâton. Nous retrouvons ce bâton ici. Dieu lui donna alors un nouveau nom : Israël (Prince de Dieu, ou champion de Dieu). Or le but de l’éducation de Dieu est de faire de nous des princes et des champions de Dieu.

Un prince de Dieu est quelqu’un qui ne pense pas avoir de la force en lui-même, mais qui trouve sa force en Dieu. C’est ce que chantent les fils de Coré au Ps. 84 : « Bienheureux l’homme, dont la force est en toi, et ceux dans le cœur desquels sont les chemins frayés! » (Ps. 84:5). Ils connaissent Dieu comme la source de tout ce dont ils ont besoin. Ils n’ont confiance qu’en Lui. Ils ont fait l’expérience de ce que nous avons chanté : Ô Seigneur, mon Berger ! Mon cœur exulte à l’ombre de ta bonté, mon âme chante avec allégresse et rend grâces, car je ne manquerai de rien… Tu me désaltères lorsque la chaleur et la soif m’affaiblissent… Lorsque tu l’ordonnes, la tempête doit se calmer… Seigneur ! Tu es à moi, et c’est à Toi qu’appartient mon âme. Tu oins ma tête d’une huile de joie. Tu fais déborder ma coupe…

 

2.2   Connaître le Père

On ne peut pas chanter cela par expérience, lorsque l’on n’est converti que depuis une heure, ou que l’on vient juste de trouver la paix avec Dieu. Quand quelqu’un a vraiment vu ses péchés à la lumière de Dieu, qu’il a la conscience profonde de son état de perdition, et qu’il est resté quelque temps dans cet état, alors il est rempli d’une joie indicible de pouvoir chanter : « Tous mes péchés, tous sans exception, Son sang les a effacés ». Ne croit-on pas alors, qu’il ne peut exister aucun bonheur plus grand ? On a aussi besoin de joie dans un tel moment, et ce serait triste s’il n’y avait pas ce bonheur-là. Mais jusque là, c’est un bonheur qui n’est que négatif — si je puis dire — celui de ne pas aller en enfer, celui de ne pas aller à la perdition, celui de savoir qu’il n’y a plus de jugement pour soi. Mais ce n’est pas encore le bonheur « positif » que le Seigneur et le Père ont déterminé pour nous : être les propres enfants du Père, appartenir au Seigneur Jésus. C’est exprimé dans le verset que j’ai cité tout à l’heure : « Comme tu lui a donné autorité sur toute chair, afin que quant à tout ce que tu lui a donné, il leur donne la vie éternelle. Et c’est ici la vie éternelle, qu’ils te [le Père] connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:2-3).

Nous connaissons le Père du Seigneur Jésus, comme notre Père. Nous connaissons le Fils de Dieu qui nous a aimés, oui, qui m’a aimé (voir Gal. 2:20). C’est le but du Saint Esprit à notre égard : que nous soyons bientôt auprès de Lui, dans la gloire, là où ne se trouvent que le Père, le Fils et le Saint Esprit, et où seront bientôt aussi, tous ceux qui auront cru en Lui. Là nous serons les objets de tout l’amour du Père, de tout l’amour et de tous les soins du Seigneur Jésus. Là nous Le verrons comme Il est, — c’est ce qui sera le sommet de notre bonheur (1 Jean 3:2). Ce sera la perfection. Et puisqu’Il est si précieux, au point que, durant toute l’éternité, le Père sera parfaitement satisfait de Sa gloire, il est inévitable que nos petits cœurs seront également parfaitement satisfaits. Et si le cœur du Seigneur Jésus, Lui qui a toujours été dans le sein du Père, a été durant toute l’éternité parfaitement satisfait de l’amour et de la gloire du Père, alors nos petits cœurs ne devraient-ils pas être toujours satisfaits, oui, déjà sur la terre, et ne seront-ils pas parfaitement satisfaits dans toute l’éternité, lorsque nous serons dans la gloire ? C’est le but de l’éducation du Saint Esprit, de sa direction dans notre vie.

 

2.3   L’aboutissement de l’éducation de Dieu

Nous voyons ce but atteint dans la vie de Jacob quand nous lisons à son sujet : « Et Israël se prosterna (*) sur le chevet du lit » (Gen. 47:23). Le Saint Esprit reprend ce verset en Hébreux 11:21 selon la version des Septante, la première version grecque de l’Ancien Testament, où il est écrit : « Jacob adora, appuyé sur le bout de son bâton », ce qui ajoute une nouvelle pensée.

 

(*) Le texte allemand utilise ici le mot « adorer ». Ce mot hébreu est généralement traduit par JND par « se prosterner », mais en Gen. 22:5, JND le traduit par « adorer ».

 

En considérant la vie de Jacob, nous y voyons notre propre histoire après avoir appris à connaître le Seigneur Jésus, et avoir ensuite désiré recevoir les bénédictions de Dieu. Ne pensions-nous pas alors, que les circonstances même devaient être arrangées pour que nous recevions les bénédictions, au lieu de nous remettre entièrement aux mains du Seigneur Jésus, et à la direction du Saint Esprit ? Je pense que nous tous, à part peut-être les plus jeunes parmi nous, nous savons encore comment nous étions en Romains 7, et comment nous cherchions à nous améliorer, après avoir reçu l’assurance du pardon de nos péchés, ou même avant, après avoir vu que nous étions pécheurs. Nous éprouvions tout à fait l’impossibilité de nous tenir dans cet état devant Dieu, et le besoin de changement. Mais nous n’y réussissions pas. Plus nous essayions de nous en sortir de cette manière, plus nous étions malheureux, parce que cela n’aboutissait pas. Ce combat décrit en Romains 7, se termine par ces paroles : « Misérable homme que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? ». Alors le Seigneur donne immédiatement la réponse selon ce que le Saint Esprit a fait écrire par l’inspiration divine : « Je rends grâces à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur ». Lui est venu à bout.

Il n’y a rien dont nous ayons besoin, qui n’ait été réalisé par le Seigneur Jésus, et que nous ne puissions trouver auprès de Lui. Il n’y a rien dont nous ayons besoin, que le Père ne nous ait donné dans le Seigneur Jésus. Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour être bientôt auprès de Lui dans la gloire, pour pouvoir jouir là de toute Sa gloire, de toute la gloire du Seigneur Jésus. Là nous parviendrons à l’adoration, et nous jouirons de tout ce qui se trouve dans la maison du Père. Là, tout n’est que le reflet de la gloire du Père et du Fils. La maison du Père est remplie de l’atmosphère de l’amour du Père, et elle rayonne de toute la gloire du Seigneur Jésus, du Créateur du ciel et de la terre.

 

2.4   Genèse 47:28 — Jacob ou la vie du croyant : Apprendre à connaître le Père et le Fils par la Parole et par l’Esprit

« Et Jacob vécut dans le pays d’Égypte 17 ans » (Gen. 47:28). Après le chapitre 32 où Dieu donna à Jacob le nom d’Israël, lorsque le nom de Jacob est utilisé, c’est que Jacob est présenté tel qu’il est en lui-même. Il est toujours l’image d’un croyant, mais quand le nom de Jacob est utilisé, il s’agit de la manifestation de sa vie. Qui de nous, en s’examinant lui-même, n’a pas à se condamner, et à dire : Comment est-il possible que ma conduite soit ce qu’elle est ? Comment est-il possible que, lors d’un service où le Saint Esprit dirige nos regards sur le Seigneur Jésus et sur Son œuvre, nos cœurs soient tout à coup distraits et occupés de toutes autres choses ? Comment est-ce possible, alors que nous pensons à l’amour merveilleux du Seigneur Jésus, cet amour qui n’a pas pu être éteint par l’eau du jugement ? En face de cela, combien notre amour est faible, combien nos cœurs sont souvent froids, alors que nous sommes occupés de ces choses glorieuses. C’est ce qui nous caractérise dans la pratique, ce que nous voyons en nous lorsque nous sommes occupés de nous-mêmes. En disant cela, je ne parle pas de ce que nous sommes devenus dans le Seigneur Jésus. Car alors nous Le voyons, Lui et Sa gloire ; et en Le voyant, Lui dont nous avons reçu la vie, nous pouvons toujours nous rappeler que c’est Lui qui est notre vie. C’est ainsi que Jean nous Le présente dans son évangile et dans sa première épître. Dans cet évangile nous trouvons toute la gloire du Seigneur Jésus, certes devenu homme, mais aussi Dieu, le Fils.

« Au commencement était la Parole; et la Parole était auprès de Dieu; et la Parole était Dieu. Elle était au commencement auprès de Dieu. Toutes choses furent faites par elle, et sans elle, pas une seule chose ne fut faite de ce qui a été fait » (Jean 1:1-3). Il (la Parole, le Fils) était Dieu. Et, au verset 18 : « Personne ne vit jamais Dieu; le Fils unique qui est dans le sein du Père, lui l’a fait connaître ». Voilà le caractère de l’évangile selon Jean. Le Saint Esprit a fait écrire cet évangile par Jean environ 60 ans après la croix, et Jean a écrit sa première épître vraisemblablement quelques années après son évangile, peut-être un an après seulement. Dans cette épître, c’est comme s’il posait la question : Avez-vous appris à connaître le Seigneur Jésus ? — à Le connaître Lui qui disait au Père : « Et c’est ici la vie éternelle, qu’ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:3) ? En 1 Jean 5, nous lisons d’abord au verset 13 : « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au Nom du Fils de Dieu » ; et plus loin, au verset 20 : « Or nous savons que le Fils de Dieu est venu, et il nous a donné une intelligence, afin que nous connaissions le Véritable, et nous sommes dans le Véritable, savoir dans son Fils Jésus Christ : Lui est le Dieu véritable et la vie éternelle ». Il est devenu notre vie, Lui qui est le Dieu véritable, Dieu, le Fils. Et ainsi, nous connaissons le Père et le Fils. La vie nouvelle est capable de connaître le Père et le Fils, mais la puissance pour réaliser cela n’est que celle du Saint Esprit, lequel est toujours la puissance de la vie nouvelle. Et Il a donné la Parole pour que par la Parole, nous apprenions à connaître aussi bien le Père que le Fils. À la lumière de cette Parole, nous pouvons faire des expériences avec le Seigneur Jésus dans notre vie pratique, et apprendre à connaître ces choses. Si nous n’avions pas la Bible, si nous n’avions pas le Psaume 23, et si nous ne savions pas ce qu’un croyant inspiré par le Saint Esprit dit du Seigneur Jésus, pourrions-nous alors chanter : « Seigneur fidèle, tu es mon bon Berger » ? Si nous n’avions pas la Parole de Dieu dans laquelle le Seigneur dit en Jean 10 : « Je suis le bon Berger », et qui parle en Hébreux 13 du « grand pasteur des brebis » et en 1 Pierre 5 du « souverain pasteur », nous ne Le connaîtrions pas comme le bon Berger. Tout ceci nous montre que nos pensées sont formées par la Parole de Dieu, que c’est la Parole qui nous donne de la lumière pour toutes nos circonstances sur la terre. Et ce que nous apprenons ainsi dans les circonstances de notre vie pratique, à savoir qui est le Seigneur Jésus et qui est le Père, nous le trouvons préfiguré ici, à la fin de la vie de Jacob.

 

2.5   Genèse 47:29 et Hébreux 11:21 — Israël ou le résultat des expériences de la vie, et l’adoration

2.5.1       Adorant appuyé sur le bout de son bâton, ou le résultat des expériences de la vie

« Et les jours d’Israël approchèrent de la mort » (Gen. 47:29). Maintenant Dieu l’appelle Israël. C’est là le résultat de toutes les expériences qu’il a faites dans sa vie. En fait, c’était, pour la plupart, des expériences qui étaient les conséquences de son propre chemin, dans lequel, bien que désirant posséder la bénédiction de Dieu, il s’efforçait de l’atteindre par la sagesse humaine et l’intelligence humaine. Nous voyons ici que, par l’effet de l’éducation du Saint Esprit, il est arrivé au point où maintenant il s’approche de Dieu comme « Israël », comme le prince ou le champion de Dieu, et il adore appuyé sur le bout de son bâton. Ce bâton lui était nécessaire depuis que Dieu lui avait touché la hanche, et qu’il était ainsi devenu un estropié. En cet instant, Dieu mettait fin à son indépendance. Le siège de sa force avait été touché par Dieu, et sa force ôtée. Néanmoins, il adore maintenant, appuyé sur le bout de son bâton. Ce bâton, figure de sa dépendance de Dieu, l’amena à l’adoration. Jacob apprit à connaître Dieu, comme Il est. Il dut faire l’expérience décrite mille ans plus tard par l’apôtre : « Car quand je suis faible, alors je suis fort » (2 Cor. 12:20). Ce fut aussi les expériences d’un Élie et d’un David, qui écrivait : « Car par toi, je courrai au travers d’une troupe, et par mon Dieu, je franchirai une muraille » (Ps. 18:29). Voilà le résultat final de toutes les expériences de la vie de Jacob, qui firent de lui Israël, et c’est comme tel qu’il quitte maintenant cette terre.

 

2.5.2       Bénissant le pharaon

Bien sûr, à ce moment-là, il n’avait plus besoin de combattre. Durant ces 17 années, il ne nous est plus rapporté aucun combat de Jacob. Au début de ces 17 dernières années en Égypte, il se tint devant le Pharaon, le roi le plus puissant des monarques de l’époque ; et là, nous lisons : « Et Jacob bénit le Pharaon » (Gen. 47:7). Il n’est pas dit : Israël bénit le Pharaon, mais : Jacob bénit le Pharaon. Jacob était parvenu à l’âge de 130 ans. Il se tenait apparemment, en tant que réfugié devant le Pharaon, et il était reçu grâce au fait que Joseph était son fils, et qu’il était venu en Égypte pour y chercher nourriture et protection. Or c’est un tel homme avec tout ce passé, qui bénit le Pharaon, le roi puissant. Le Pharaon se laisse bénir. Il reconnaît la supériorité de Jacob d’après toutes ses expériences, et d’après l’éducation par laquelle le Saint Esprit l’a fait passer.

 

2.5.3       Désirant les lieux célestes

Ensuite, Jacob habita encore 17 ans dans la meilleure partie de l’Égypte, en Goshen. Ces 17 années sont une figure du règne millénaire. Mais Jacob ne désirait pas rester en Goshen. Il ne désirait pas y vivre encore 17 ans. Son désir était de partir. Il avait tout appris. Son désir était maintenant d’être dans le pays de Dieu, dans le pays d’Israël. Dans l’Ancien Testament, le pays d’Israël est une image du ciel, non pas de la maison du Père, mais du ciel dans lequel nous pouvons déjà entrer maintenant, et que l’épître aux Éphésiens désigne par l’expression « lieux célestes ». En Christ, nous sommes déjà assis dans les lieux célestes (Éph. 2:6). Le mot « lieux » ne figure pas dans l’original grec. Cette expression signifie donc simplement : « dans les célestes ». C’est ce qui a le caractère du ciel, ce qui se trouve donc en-dehors de cette terre. C’est là que nous sommes assis en Christ. Dans notre vie pratique, nous avons à croire cela, et même à y entrer nous-mêmes, bien que nous y soyons déjà quant à notre position. Le pays d’Israël en est une figure d’une manière générale, dans l’Écriture. Mais pour Jacob, qui ne connaissait pas la maison du Père, et qui n’apprendra jamais à la connaître (car il ne fait pas partie de l’Église, qui aura sa place là), c’était le lieu où il pourrait se trouver auprès de Dieu, et c’est pourquoi il dit qu’il ne voulait pas être enterré en Égypte : « Mais quand je serai couché avec mes pères, tu m’emporteras d’Égypte et tu m’enterreras dans leur sépulcre » (Gen. 47:30). Et Joseph, type du Seigneur Jésus, le lui promit : « Je ferai selon ta parole ». Alors Jacob dit : « Jure-le moi ». Et Joseph le lui jura.

 

2.6   Genèse 47:31 — Adorant appuyé sur le bout de son bâton

2.6.1       Les expériences apprennent personnellement quelque chose du Seigneur

« Et Israël se prosterna [adora] sur le chevet du lit » (Gen. 47:31 — voir note plus haut). Jacob était arrivé maintenant au bout de sa vie riche en expériences. Il aboutit ici à l’adoration. Oui, certes, j’ai une plus longue vie d’expériences que les jeunes frères et sœurs, mais chacun a déjà fait des expériences. Si quelqu’un a 25 ans, il a 25 années d’expériences derrière lui. J’ai appris à connaître le Seigneur depuis déjà 57 ans dans le chemin où Il m’a conduit après avoir su que mes péchés étaient pardonnés. Pendant ce temps, j’ai fait des expériences qui ont toujours eu pour résultat de me démontrer combien j’étais stupide de croire que je devais faire moi-même quelque chose, et combien le Seigneur est merveilleux de se tenir au-dessus de toutes les circonstances. Il s’est même servi de ma stupidité pour m’amener à Son but, me placer plus près de Lui, et pour se manifester à moi, dans les difficultés où je me trouvais. Mais chacun a ses propres expériences de la vie, et elles ont toutes pour but de nous apprendre à mieux connaître le Seigneur. Il y en a qui sont allés directement auprès du Seigneur, comme le brigand sur la croix. Dans la même nuit, il fut dans le paradis de Dieu. Si en cet instant, un petit enfant meurt, n’étant pas encore en âge de responsabilité, il va auprès du Seigneur, et il sera un jour avec nous dans la maison du Père. Mais bien qu’il connaîtra alors le Seigneur en perfection dans le ciel, et qu’il verra également Sa gloire, cependant il n’aura jamais expérimenté ce que le Seigneur représente pour quelqu’un qui a une douleur immense. Il n’a pas pu faire l’expérience de celui qui devient fou parce qu’il est tenaillé par la faim. Il n’a pas appris à connaître le Seigneur comme celui qui a traversé les difficultés de la vie, ou la solitude extrême. Plus nous avançons en âge, plus nous connaissons ces expériences. Et par-dessus tout, nous apprenons dans ces circonstances à Le connaître, Lui.

Croyons-nous que Lazare ait jamais oublié qu’il avait été mort, et que le Seigneur l’avait appelé pour le faire sortir du tombeau ? Pensons-nous que ses sœurs aient jamais oublié comment elles ont appris à connaître le Seigneur dans cette circonstance ? Croyons-nous que la femme samaritaine de Jean 4 ait jamais oublié sa conversation avec le Seigneur Jésus, et comment elle avait appris à Le connaître, là, auprès du puits, comme Celui qui sait tout, mais aussi comme le Donateur, comme Celui qui par-dessus out préfère donner, et duquel les habitants de la ville dirent un peu plus tard : « Ce n’est plus à cause de ton dire que nous croyons ; car nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous connaissons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde » (Jean 4:42). Ont-ils jamais pu oublier cela par la suite ? De même nous avons tous fait des expériences avec le Seigneur Jésus, qui resteront un secret personnel entre le Seigneur Jésus et nous, quand nous serons auprès de Lui, — c’est la connaissance personnelle du Seigneur Jésus que personne d’autre n’aura. Chacun a ses propres expériences, qui l’amènent à regarder personnellement en arrière, vers ces temps où nous avons appris à Le connaître de cette manière-là. Quelqu’un peut-il connaître ce qu’est le Seigneur Jésus se tenant devant la tombe ouverte d’un bien-aimé, quand il n’a jamais vécu une telle circonstance ? Marie et Marthe avaient appris à Le connaître de cette manière. Elles allèrent à Lui, avec leur douleur, et elles éprouvèrent ce qu’est Son cœur. Alors qu’elles se tenaient là et pleuraient, Lui aussi a pleuré. Elles ont éprouvé Sa sympathie, et elles ont vu qu’Il est au-dessus de tout. Il leur a rendu Lazare, mais en tant qu’homme nouveau, comme un ressuscité d’entre les morts — bien que ce fut une mort physique, et que plus tard, il est sans doute mort à nouveau. C’est de cette manière-là qu’elles ont appris à connaître le Seigneur.

Celui qui a appris à Le connaître ainsi, ne l’oublie pas. Cette connaissance personnelle restera dans l’éternité comme un secret entre Lui et nous. Quelle lumière merveilleuse cela jette sur notre vie pratique, ici-bas sur la terre. Le grand but du Saint Esprit est de nous faire apprendre à mieux connaître le Père et le Fils. Bien sûr, nous avons d’abord appris à connaître le Seigneur comme Sauveur, lorsque nous avons vu que nous étions des pécheurs, et par-là même perdus, et que nous ne pouvions être sauvés autrement que par la grâce de Dieu, par l’œuvre du Seigneur Jésus à la croix. Nous avons ensuite appris à connaître Dieu comme Celui qui a donné Son Fils. Nous avons cru en Celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus, notre Seigneur, lequel a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification (Rom. 4:24-25). Et immédiatement après, vient le verset : « Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par lequel nous avons trouvé aussi accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu » (Rom. 5:1-2).

 

2.6.2       Celui qui retourne en bien les faux pas

Mais ensuite, nous Lui avons apporté toutes les circonstances de notre vie, y compris nos folies, quand nous suivions notre propre chemin, et même quand nous nous écartions du Seigneur. Le Saint Esprit a su encore utiliser cela dans Sa sagesse divine, pour nous faire mieux connaître le Père et le Fils. Nous avons appris par-là que le Père s’occupait encore et toujours de nous, et que le Fils nous ramenait toujours de nouveau par le Saint Esprit, et nous disait qu’Il nous aimait toujours, comme on le voit en 1 Jean 2 : « Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste ; et lui est la propitiation pour nos péchés ». C’est là le service du Seigneur Jésus comme avocat, ainsi que nous le trouvons aussi dans le regard jeté vers Pierre. Avant que Pierre L’ait renié, le Seigneur lui avait déjà dit d’avance : « Simon, Simon ! Voici, Satan a demandé à vous avoir pour vous cribler comme le blé ; mais moi, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas » (Luc 22:31-31). Dans l’épître aux Hébreux, le Seigneur nous est présenté comme souverain sacrificateur auprès de Dieu. Il est là, devant le trône du Créateur, afin que nous recevions miséricorde, et que nous trouvions grâce pour avoir du secours au moment opportun » (Héb. 4:16).

Voilà la merveilleuse sagesse de Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit, et par-dessus tout, la merveilleuse grâce et l’amour merveilleux du Père et du Fils, et, nous pouvons aussi ajouter, du Saint Esprit qui, malgré ce que nous sommes, s’occupe de nous, et sait même se servir de nos folies. Que de peines nous avons récoltées par ces folies, et que de cicatrices nous sommes-nous infligés par-là : Dieu se révèle par-là à nous, de sorte qu’ainsi, nous acquérons même un trésor qu’autrement nous n’aurions pas pu acquérir durant l’éternité : le souvenir de ce que le Seigneur et le Père ont été pour nous dans les difficultés de la vie, y compris dans nos errements, et ce que le Saint Esprit a fait pour nous, dans notre cheminement ici-bas sur la terre, alors que nous voulions suivre notre propre chemin, et de quelle manière Il nous a conduit dans toutes nos circonstances.

 

2.6.3       Les pères qui connaissent Dieu

En dernier lieu, nous avons lu au sujet de Jacob : « Et Israël se prosterna [adora] sur le chevet du lit » (Gen. 47:31). Il adora ! Voilà la fin d’Israël, le prince de Dieu. Hébreux 11 dit qu’il adora, appuyé sur le bout de son bâton. Il avait maintenant la connaissance de Dieu. Il avait appris à connaître Dieu. Selon le langage du Nouveau Testament, nous dirions : Il avait appris à connaître, dans toutes les expériences de la vie, le Père et le Fils, et aussi le Saint Esprit, le Dieu tri-un [les trois personnes de la Déité ne sont qu’un seul Dieu], et il était devenu, selon 1 Jean 2:14, un père en Christ : « Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement ». Il ne peut pas être dit davantage d’un père en Christ, car tout se trouve contenu dans l’expression de ce verset. N’est-il pas merveilleux que les voies du Seigneur Jésus à notre égard, qui sont souvent les conséquences de notre folie, aboutissent quand même toutes au résultat que nous apprenons à connaître le Seigneur Jésus, comme nous ne L’avions encore jamais connu auparavant, et que cela nous conduit finalement à l’adoration ?

 

2.6.4       Devenus adorateurs

Ces voies de Dieu nous préparent à être des adorateurs comme les croyants au ciel. Lorsque les 24 anciens (qui sont les saints glorifiés après l’enlèvement de l’Église) voient le Seigneur Jésus se tenant comme l’Agneau qui a été immolé, et donc rejeté, ils chantent un cantique nouveau, disant : « Tu es digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as acheté pour Dieu par ton sang, de toute tribu et langue et peuple et nation ; et tu les a faits rois et sacrificateurs pour notre Dieu et ils règneront sur la terre » (Apoc. 5:9-10). Ils ne disent pas : tu nous a achetés, comme nous le chantons volontiers, mais : Tu as acheté pour Dieu. Ils s’oublient eux-mêmes. Ils ont vu Sa gloire de Rédempteur. Ils ont appris à connaître la grandeur de Son œuvre, qui est devenue aussi leur portion, et en vérité, dans la mesure la plus riche qui soit. Ils ne pensent pas à eux-mêmes. Ils ont appris à Le connaître, comme ici Jacob. Tel est le résultat. Quand notre cœur est rempli du Seigneur Jésus, rempli du Père, et de la gloire de Sa Personne, alors nous ne pensons plus à nous-mêmes, mais seulement au Seigneur Jésus et à Sa gloire, seulement au Père et à Sa gloire, et cela seul constitue l’adoration. Lorsque nous pensons à nous-mêmes, nous pouvons remercier, nous pouvons louer, mais ce n’est pas l’adoration. La véritable adoration, c’est de s’oublier soi-même, et de ne voir que la gloire de cette Personne et la gloire de Son œuvre, car la gloire de sa Personne s’exprime dans Son œuvre. C’était le cas de Jacob. Chez lui, le Saint Esprit avait atteint Son but.

 

3                    2 Samuel 15 — Fuite de David devant Absalom

3.1   David avait fait mauvais usage de la grâce envers Absalom

J’aimerais encore lire en 2 Samuel 15, où nous trouvons également quelque chose de ce que le Saint Esprit opère pratiquement dans notre vie. Ce chapitre retrace un triste épisode de la vie de David. Après son horrible péché avec Bath-Shéba, et après avoir reçu grâce de la part de Dieu, il pensait qu’il devait lui aussi manifester de la grâce à quelqu’un qui avait péché, et qui vivait dans le péché. Il s’agissait d’Absalom, qui avait commis un meurtre ignoble, mais n’en n’avait eu aucun repentir, à la différence de David. Absalom n’était pas converti, il ne s’était pas repenti, il n’avait rien confessé devant Dieu. Ce que David avait fait était au moins aussi grave que ce dont Absalom s’était rendu coupable, mais David s’en était repenti. Cela se voit quand on lit les Psaumes 32 et 51. Dans ces psaumes, David parle d’avoir versé le sang innocent. C’est la repentance, qu’Absalom ne connaissait pas.

 

3.2   Akhitophel parmi les conjurés

Nous trouvons ici les conséquences de ces faits. Absalom, qui avait d’abord tué son frère Amnon, chasse maintenant David lui-même de son trône, de sorte que celui-ci doit s’enfuir. Il est abandonné de la majeure partie du peuple. Le roi oint de Dieu doit quitter Jérusalem. Il est dit au verset 30 : « Et David monta par la montée des Oliviers, montant et pleurant ; et il avait la tête couverte, et marchait nu-pieds, et tout le peuple qui était avec lui montait, chacun ayant sa tête couverte, et en montant, ils pleuraient ». Il était donc chassé. Mais alors, survient le pire : Non seulement son peuple le chasse, non seulement son fils veut attenter à sa vie, mais il est dit au verset 31 : « Et on rapporta à David en disant : Akhitophel est parmi les conjurés avec Absalom ». C’était là quelque chose de terrible pour David. Akhitophel était son conseiller le plus éminent. Il était si intelligent qu’à l’époque on considérait le conseil d’Akhitophel comme un oracle de Dieu. Personne n’osait jamais faire quelque chose d’autre que ce qu’Akhitophel avait dit. Akhitophel était apparenté à David : Il était le grand-père de Bath-Shéba [comparer 2 Sam. 23:34 et 11:3]. Je ne doute pas que cela ait rappelé à David son péché avec Bath-Shéba qui l’amena à tuer Urie. Qu’est-ce que tout cela a dû être pour David ! Je pense que le Ps. 41:9 exprime les sentiments de David à ce moment-là, même si ce passage se rapporte aussi prophétiquement au Seigneur Jésus, et aussi au résidu croyant futur d’Israël : « Mon intime ami aussi, en qui je me confiais, qui mangeait mon pain, a levé le talon contre moi ».

 

3.3   Le sommet de l’épreuve. Adoration

En apparence, tout était perdu, et son sort était fixé. L’armée et tout le peuple étaient allés avec Absalom, et même son conseiller le plus éminent, Akhitophel. Qu’allait-il encore se passer, alors que tout se trouvait maintenant, ligué contre lui ? C’est alors qu’il est dit au verset 32 : « Et David, étant parvenu au sommet où il se prosterna [adora] devant Dieu... ». Nous pouvons dire que le sommet était aussi le point culminant des difficultés, où apparemment tout était perdu. Nous pouvons aussi dire : Ce fut le sommet de sa foi. Quand toutes les ressources humaines étaient épuisées, et qu’il était en apparence entièrement impuissant, nous ne lisons pas qu’il ait appelé Dieu à son secours, ni qu’il ait invoqué la colère de Dieu sur ses ennemis. Non, il s’est prosterné devant Dieu en adorant. Il est convaincu que, lorsque toutes les ressources ont disparu, le secours ne se trouve qu’auprès de Dieu, et que Dieu est suffisant. Il se prosterne en adorant et je ne doute pas qu’il ait eu la paix dans son cœur. Nous ne pouvons pas adorer Dieu, sans recevoir la paix dans nos cœurs. Nous ne pouvons pas, dans les pires difficultés, prendre pour refuge le Père et le Fils, sans que nos cœurs trouvent la paix.

Y a-t-il ici quelqu’un qui n’ait encore jamais fait l’expérience suivante : son cœur était rempli de souci ; il s’est alors mis à genoux, et en un instant, il a été rafraîchi, les soucis ont disparu de son cœur, et la paix l’a rempli ? C’est toujours le cas, lorsque dans les difficultés, nous trouvons notre refuge auprès du Seigneur Jésus et du Père. Le Seigneur a dit aussi ceci : « Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre... Et voici, moi je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation du siècle » (Matt. 28:18, 20). Il soutient toutes choses par la Parole de sa puissance (Héb. 1:3).

Aussi David devient tout de suite paisible, et Dieu a atteint son but chez David avec cette épreuve. Toute cette affaire était certes la conséquence de la folie de David, comme je viens d’essayer de le montrer. David avait usé de grâce envers un meurtrier de sang-froid, qui n’avait montré aucun repentir. David avait fait un mauvais usage de la grâce. Il avait passé par-dessus le péché et avait fait grâce, avant qu’il y ait eu conversion, avant qu’aucune repentance sincère ne se soit manifestée. David avait ouvert à Absalom toutes les facilités pour se dresser contre lui. On voit qu’après son péché avec Bath-Shéba, David n’a jamais retrouvé la sagesse qu’il avait eue auparavant. De quelle manière insensée agit-il en ouvrant, pour ainsi dire, la porte à Absalom, le laissant ainsi libre d’agir et d’entraîner le peuple à sa suite. David agit là comme quelqu’un frappé de cécité. Il a lui-même ouvert la voie à Absalom pour ses agissements.

Nous voyons aussi, dans cette période de la vie de David, la discipline de Dieu à son égard, dans ses voies gouvernementales. Or c’était quand même le but de Dieu de le rapprocher de Lui. David est enfin rendu capable de faire abstraction de toutes les circonstances, et il a conscience que tout ce qu’il a accompli avec ses propres forces, n’était que folie et péché. Qu’en est-il de nous ? Ne voulons-nous pas, nous aussi, nous remettre à Lui, et voir alors qui Il est, et combien Il est merveilleux, Lui qui ne nous abandonnera jamais, quelle que puisse être notre marche pratique ; Il ne nous laissera jamais échapper, mais Il nous ramènera, même s’il s’agit d’un chemin pénible pour la chair, et qui est pourtant le chemin de l’amour ?

 

3.4   Délivrance

Pour terminer, lisons encore le verset 34 : « Mais si tu retournes à la ville, et que tu dises à Absalom : Ô roi ! Je serai ton serviteur ; comme j’ai été autrefois serviteur de ton père, maintenant aussi je serai ton serviteur — alors tu annuleras pour moi le conseil d’Akhitophel ». Par cela, se trouve accompli ce pour quoi David avait prié au verset 32. Hushaï est l’instrument approprié. Il vient vers David à l’instant où celui-ci adore Dieu sur le sommet [du mont des oliviers]. En cet instant même, Dieu envoie la délivrance. Certes, un combat reste à livrer, mais ce combat ne fait que manifester la victoire du Seigneur. De cette manière est manifesté le chemin du Seigneur par lequel David sera rétabli dans sa royauté, et sera ramené à Jérusalem. En fait il aurait dû condamner à mort son fils (*), mais maintenant le Seigneur fait exécuter ce jugement par un homme impie. David aurait dû rétribuer le péché par la peine de mort, mais le Seigneur agit à sa place. C’est ainsi que le Seigneur règle tout en vue de David. Ce sera aussi le cas pour nous, si nous regardons au Seigneur. S’il en est ainsi, nous ne chancelons pas, et nous ne nous laissons pas abattre. Dans Ses mains, nous sommes en sécurité, et nous savons que tout arrivera à bonne fin. Cela nous conduit encore davantage à l’adoration.

 

(*) note Bibliquest : Selon les lois en vigueur à ce moment-là (Gen. 9:6 ; Exode 21:12)