[page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt]

 

SAINTETÉ

Chers amis,

Je veux maintenant m'entretenir encore avec vous de la sainteté; mais il est nécessaire auparavant de chercher dans la parole de Dieu la signification de cette expression. Dans le langage courant, on entend généralement par saint, un homme sans péchés ni faiblesses ou tout au moins sans péchés ou faiblesses connus. Ainsi des croyants, induits en erreur par certaines doctrines en rapport avec la sanctification, prétendent être parvenus à la sainteté, parce qu'ils ne sont pas tombés dans des péchés manifestes.

A ce dernier point, Paul objecte en 1 Corinthiens 4: 4: «Je n'ai rien sur ma conscience; mais par là je ne suis pas justifié». Et au Psaume 19: 12 David demande à être purifié de ses fautes cachées. Voir également 1 Jean 3: 20 et Lévitique 5. Lorsque le Seigneur viendra, il «mettra en lumière les choses cachées des ténèbres, et... manifestera les conseils des cours; et alors chacun recevra sa louange de la part de Dieu» (l Cor. 4: 5). Que nous ne voyions plus aucune chose mauvaise en nous n'est pas du tout une preuve qu'il n'y a vraiment plus de mal. Mais chacun de nous ne voit-il pas beaucoup de choses mauvaises en lui lorsqu'il examine sa vie à la lumière de Dieu, selon la parole de Dieu?

En outre, les Saintes Ecritures nous montrent que la pureté et la sainteté ne sont pas la même chose. En Exode 28: 38: il est parlé de l'iniquité des choses saintes, et en 1 Chroniques 23: 28: de la purification des choses saintes. En Ephésiens 1: 4 et en Colossiens 1: 22: il est écrit: afin que nous soyons saints et irréprochables. La sainteté et la pureté sont donc nettement distinguées.

Qu'est-ce que la sainteté?

Si nous considérons les nombreux passages de l'Ecriture où il est question de «saint» et de «sainteté», il apparaît clairement, je pense, que sainteté signifie séparation et, appliqué à nous, ce mot veut dire: séparation de tout ce avec quoi nous étions jusqu'alors liés, pour être consacrés à Dieu; mais cela comporte aussi que nous portons les signes distinctifs de cette union avec Dieu et de cette consécration. Voir par exemple Nombres 6: 1 -11. La mesure de la sainteté ne se trouve pas non plus en nous. «Nul n'est saint comme l'Eternel, car il n'y en a point d'autre que toi» (1 Sam. 2: 2). «Car seul tu es saint» (Apoc. 15: 4). «Soyez saints, car moi je suis saint» (1 Pierre 1: 16). Le Seigneur seul est la mesure de la sainteté. Celui qui se mesure à lui-même est dans l'erreur, comme le dit l'Ecriture: «Eux, se mesurant eux-mêmes par eux-mêmes, et se comparant eux-mêmes à eux-mêmes, ne sont pas intelligents» (2 Cor. 10: 12). Et il est clair que seul Dieu peut juger à quel degré nous répondons à la mesure divine.

En Jean 17: 17: le Seigneur Jésus demande: «Sanctifie-les par la vérité; ta parole est la vérité». La vérité est ce que Dieu a révélé de Lui-même et de là ressort quelle est, ou quelle doit être, notre relation avec Lui. C'est pourquoi le Seigneur Jésus dit de Lui-même qu'il est la vérité (Jean 14: 6). Il nous a fait connaître Dieu (Jean 1: 18). De même aussi la parole de Dieu, dans laquelle Dieu s'est révélé, est la vérité.

Par la vérité - par ce que Dieu a révélé de Lui-même et de ses droits sur nous - nous sommes séparés de tout ce avec quoi nous étions jusqu'alors unis, pour appartenir à Dieu.

Dans l'Ancien Testament, nous ne trouvons pas encore la pleine révélation de Dieu. Il se révèle là comme l'Eternel, Celui qui avait, au milieu de son peuple, un temple terrestre, dans lequel il voulait habiter. Aussi, dans l'Ancien Testament, la sainteté est-elle en rapport avec cela. La montagne, la ville de Jérusalem, l'arche de l'alliance et le temple, les sacrificateurs, les lévites, oui, tout le peuple, les ustensiles du service, les sacrifices, etc., tout était sanctifié. Tout était en relation avec l'Eternel, comme Celui qui habitait au milieu de son peuple. «La sainteté sied à ta maison» (Ps. 93: 5). «Je serai sanctifié en ceux qui s'approchent de moi» (Lév. 10: 3).

Mais maintenant, Dieu a été pleinement révélé dans le Seigneur Jésus: Dieu manifesté en chair. Bien que le Seigneur fût véritablement homme, son service était toutefois caractérisé par le fait que Lui seul révélait Dieu. Mais lorsqu'il l'eut pleinement révélé à la croix, et qu'il eut par là même obtenu une rédemption éternelle, il ressuscita d'entre les morts et prit sa place à la droite de Dieu. Il fit cela comme homme - Jean 17: 4, 5 nous le dit.

En tant que Dieu, il possédait la gloire éternelle avant que le monde fût. Mais maintenant, comme Celui qui avait achevé l'ouvre sur la croix à Golgotha et qui avait pleinement glorifié Dieu, il pouvait revendiquer cette gloire comme homme aussi. Maintenant il est assis, comme homme glorifié, à la droite de Dieu dans la gloire. Un homme dans le ciel.

Le propos éternel de Dieu était que nous soyons rendus conformes à l'image de son Fils, pour qu'il soit premier-né entre plusieurs frères (Rom. 8: 29). En Jean 17: 17-19 le Seigneur Jésus dit: «Je me sanctifie moi-même pour eux». Il se sépare Lui-même dans le ciel, pour être là entièrement pour Dieu, et il le fait «afin qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité». Nous avons ici la mesure de notre sainteté et en même temps le moyen pour être sanctifiés. C'est Christ dans la gloire.

Sainteté de l'Esprit

En lisant le Nouveau Testament, nous voyons qu'il est parlé de notre sainteté de deux manières. D'une part il est dit que nous sommes sanctifiés (1 Cor. 6: 11; 2 Thess. 2: 13; 1 Pierre 1: 2: etc.). Aussi, dans de nombreux passages, sommes-nous nommés des saints (voir par exemple le commencement des épîtres). Cette sanctification a eu lieu par la nouvelle naissance. Le Saint Esprit nous a alors séparés du monde auquel nous appartenions, en nous donnant une vie nouvelle, la nature divine (Jean 3; 2 Pierre 1: 4; Eph. 4: 24). D'autre part, il est dit que nous avons à nous sanctifier pratiquement (Héb. 12: 14; Eph. 5: 25-27, etc.).

Ces deux aspects de la sainteté sont réunis en Apocalypse 22: 11: «Que celui qui est saint soit sanctifié encore».

Nous trouvons dans de nombreux passages l'application de ce principe. Comme nous l'avons vu en Romains 8: 29: Dieu nous a prédestinés à être conformes à l'image de son Fils. Ephésiens 1: 4, 5 exprime en d'autres termes la même pensée. 1 Corinthiens 15: 49 dit: «Comme nous avons porté l'image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l'image du céleste» (le Seigneur Jésus). 1 Jean 3: 2 indique quand cela sera pleinement accompli: «Nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est».

Dans d'autres passages en revanche, nous sommes déjà identifiés avec le Seigneur Jésus. En 1 Jean 3: 1 le monde ne nous connaît pas parce qu'il ne l'a pas connu, et en 1 Jean 4: 17,  il est dit que nous sommes, dans ce monde déjà, comme il est dans la gloire.

Cela s'explique par le fait que tout est fondé sur l'ouvre du Seigneur Jésus. De par notre position, nous possédons déjà tout (1 Cor. 1: 30). Nous sommes séparés du monde par la nouvelle naissance et nous possédons la vie éternelle. Nous sommes rendus parfaits par une seule offrande et sommes justifiés devant Dieu. Nous sommes fils et héritiers de Dieu et, en Christ, nous sommes dans les lieux célestes (Eph. 2: 6). Pour ce qui en est de notre âme, nous possédons donc tout; mais notre corps ne participe pas encore à tout; et la chair est encore là. C'est pourquoi notre état pratique ne correspond pas encore à la position dans laquelle nous avons été amenés en vertu de l'ouvre du Seigneur Jésus.

Sainteté pratique

Toutes les exhortations tendent - et c'est là le but de tout ministère (Eph. 4: 11-16; Col. 1: 28) à nous faire réaliser déjà maintenant ce que nous serons une fois plus tard en perfection. Et comment serons-nous? Nous Lui serons semblables, à Lui l'homme glorifié dans le ciel. Il est donc aussi la mesure de notre marche pratique. C'est pourquoi il est dit: «Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur» (1 Jean 3: 3; voir aussi 1 Thess. 3: 12: 13).

Comment pouvons-nous pratiquement Lui ressembler davantage? En nous y efforçant pratiquement? En cherchant à transformer notre vie et à vivre plus saintement? En Romains 7: nous voyons quelqu'un procéder ainsi. Le résultat est qu'il s'écrie: «Misérable homme que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort» (v. 24)?

La parole de Dieu indique un meilleur chemin: «Or nous tous, contemplant à face découverte la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur en Esprit» (2 Cor. 3: 18).

En contemplant le Seigneur Jésus tel qu'il est maintenant, glorifié dans le ciel, en lisant tout ce qui est écrit de Lui dans la parole de Dieu et en méditant ces choses, notre vie est changée. Nous sommes alors transformés moralement à son image. Ce qui occupe notre cour imprimera son sceau, sa marque, sur notre vie.

Il en est de même de la sainteté. Ce que nous serons une fois  : semblables au Seigneur Jésus glorifié, est la mesure de notre sainteté. Le regard fixé sur Lui opère cette sanctification. La sainteté est, dans sa nature et dans son caractère, ce que nous représentons lorsque Christ est manifesté en nous.

Aussi le Seigneur Jésus dit-il: «Et moi, je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité» (Jean 17: 17-19). Maintenant déjà il est assis comme homme glorifié sur le trône de Dieu: «Saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux» (Héb. 7: 26), afin qu'en le contemplant Lui, nous soyons sanctifiés. La vérité, la parole de Dieu nous le décrit. Elle nous le présente dans la gloire de sa Personne, et notre cour est rempli de sa perfection et de tout ce qui se rattache à Lui. Alors il n'y a plus de place dans le cour pour le monde, et pour ce qui est du monde. De cette manière notre vie devient toujours plus conforme à la sienne et est de plus en plus séparée de tout ce qui est d'ici-bas, pour être consacrée à Dieu seul. C'est là la sainteté.

Dans ce chemin, il nous faut compter sur la fidélité de Dieu. «Or, à celui qui a le pouvoir de vous garder sans que vous bronchiez et de vous placer irréprochables devant sa gloire avec abondance de joie -au seul Dieu, notre Sauveur, par notre Seigneur Jésus Christ, gloire, majesté, force et pouvoir, dès avant tout siècle, et maintenant, et pour tous les siècles! Amen» (Jude 2:4: 25; voir aussi Matt. 19: 26)!

H. L. H.