[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Citations d’auteurs divers

 

Ce document comprend principalement des extraits des études bibliques ; il a été réalisé pour permettre un accès rapide à des explications sur des points particuliers sans avoir à charger la totalité de l’étude biblique

État de lâme après la mort : sa joie

On ne compte que quatre passages, dans le Nouveau Testament, qui parlent de la joie de l’âme délogée. La première occasion, c’est lorsque le brigand avait dit au Seigneur : «Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume». C’est à la venue de Jésus en gloire qu’il pensait, vérité qui était familière aux Juifs. Et le Seigneur lui répondit : Tu ne dois pas attendre pour cela que je revienne, «aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis» (Luc 23:43). La deuxième circonstance est celle d’Étienne qui dit : «Seigneur Jésus, reçois mon esprit» (Actes 7:57). La troisième, lorsque Paul dit : «Absents du corps et... présents avec le Seigneur» (2 Cor. 5). La quatrième (Phil. 1:22, 23) : «Ce que je dois choisir, je n’en sais rien... déloger et... être avec Christ, car cela est de beaucoup meilleur». En effet, il est beaucoup plus avantageux d’attendre la gloire, en étant présent avec Christ dans le ciel, qu’en restant ici-bas ; non qu’on soit dans la gloire quand on déloge, mais on est quitte du péché, à l’abri du péché, et l’on jouit du Seigneur sans pécher. Oui, c’est un état beaucoup meilleur, mais c’est aussi un état d’attente, comme celui où se trouve Christ lui-même, assis à la droite du Père, et attendant ce qui reste.

Citation de «l’attente actuelle de l’Église» — 3° soirée — par JND

Note Bibliquest : Voir aussi Luc 16 v. 22 et 25 (Lazare consolé dans le sein d'Abraham)

*      *      *

Le Seigneur ramenant les âmes des croyants morts pour participer à la résurrection : 1 Thess. 4:18

Il est remarquable que la seule consolation que donne l’apôtre à ceux qui entouraient le lit de mort d’un fidèle, est son retour avec Jésus et leur mutuelle rencontre. On dit : «Oh ! soyez tranquille, il est allé dans la gloire, bientôt vous le suivrez». Non, cela n’est pas venu à la pensée de l’apôtre ; au contraire, la consolation qu’il donne à ceux qui assistaient aux derniers moments des fidèles, c’est : Soyez tranquilles, Dieu les ramènera. Il faut qu’il se soit fait un changement immense dans les sentiments habituels des chrétiens, puisque la seule consolation que donne l’apôtre est tenue pour une folie aujourd’hui.

Citation de «l’attente actuelle de l’Église» — 3° soirée — par JND

*      *      *