[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Simon Pierre

 

Le pêcheur de poisson devenu pêcheur d’hommes

Appel d’un disciple au service — Luc 5:1-11

 

Bremicker E.A.

Traduit de l’allemand (Bibelkommentare.de/get/cmt.519.pdf)

 

Table des matières :

1       Un texte tiré de l’évangile de Luc

1.1         Le sujet général de Luc

1.2         Titres et versets centraux

1.3         Luc comme auteur

1.4         Une particularité de Luc

2       Le message central du texte de Luc 5:1-11

3       Deux rencontres importantes avec Jésus

4       Jésus monte dans la barque

4.1         Qu’apprenons-nous pratiquement de cela ?

5       Écouter la Parole de Dieu

5.1         Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

6       Une prière, un ordre et la réaction de Pierre

6.1         Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

7       La bénédiction suit l’obéissance

7.1         Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

8       Une connaissance importante

8.1         Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

9       La réponse du Seigneur

9.1         Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

10     Qu’y a-t-il ensuite ?

10.1       Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

11     De « pêcheur de poissons » à « pêcheur d’hommes »

12     Une question finale : pour qui voulez-vous vivre ?

 

 

 

 

1         Un texte tiré de l’évangile de Luc

L’appel de Pierre à suivre et à servir est rapporté dans les trois évangiles de Matthieu, Marc et Luc. Il est vrai qu’il y a des différences nettes entre les récits de Matthieu et Marc d’une part, et celui de Luc d’autre part. Seul Luc rapporte les faits accompagnateurs les plus proches et la grande pêche de poissons. Seul Luc met l’accent sur le côté personnel de l’appel de Simon Pierre. Matthieu et Marc font un récit nettement plus bref et en montrent davantage le côté collectif. Dans ce qui suit nous voulons suivre le récit de Luc et nous demander de façon tout à fait pratique ce que nous pouvons apprendre de cette rencontre.

 

« Or il arriva, comme la foule se jetait sur lui [Jésus] pour entendre la Parole de Dieu, qu’il se tenait sur le bord du lac de Génésareth. Et il vit deux nacelles qui étaient au bord du lac. Or les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Et montant dans l’une des nacelles qui était à Simon, il le pria de s’éloigner un peu de terre ; et, s’étant assis, il enseignait les foules de dessus la nacelle. Et quand il eut cessé de parler, il dit à Simon : Mène en pleine eau, et lâchez vos filets pour la pêche. Et Simon, répondant, lui dit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit, et nous n’avons rien pris ; mais sur ta parole je lâcherai le filet. Et ayant fait cela, ils enfermèrent une grande quantité de poissons, et leur filet se rompait. Et ils firent signe à leurs compagnons qui étaient dans l’autre nacelle de venir les aider ; et ils vinrent et remplirent les deux nacelles, de sorte qu’elles enfonçaient. Et Simon Pierre, ayant vu cela, se jeta aux genoux de Jésus, disant : Seigneur, retire-toi de moi, car je suis un homme pécheur. Car la frayeur l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la prise de poissons qu’ils venaient de faire ; de même que Jacques et Jean aussi, fils de Zébédée, qui étaient associés de Simon. Et Jésus dit à Simon : Ne crains pas ; dorénavant tu prendras des hommes. Et ayant mené les nacelles à terre, ils quittèrent tout et le suivirent » (Luc 5:1-11).

 

Le fait que le récit soit donné sous cette forme seulement dans l’évangile de Luc, mérite qu’on commence par réfléchir un peu sur le caractère de cet évangile. Nous le ferons en quatre points :

 

1.1        Le sujet général de Luc

L’évangile de Luc nous montre le Seigneur comme un Homme véritable, venu du ciel sur la terre pour nous apporter le grand salut de Dieu, à nous les hommes. On pourrait donner à cet évangile le titre « D’homme à homme ». L’Homme du ciel est venu sur cette terre pour apporter la grâce de Dieu aux hommes vivant ici-bas. Le Seigneur Jésus est « le Fils de l’homme », c’est à dire qu’Il est né de femme, et est venu en amour et en miséricorde vers des perdus. En cela, le salut qu’Il apporte n’est pas limité à un peuple (les Juifs), mais si Dieu se révèle dans l’Homme Christ Jésus, Son message de salut vaut pour tous les hommes. Luc nous décrit en beaucoup d’occasions comment des hommes ont rencontré le Seigneur Jésus. Ces rencontres ont conduit à des transformations. Ces rencontres ont apporté aux hommes le grand salut de Dieu.

 

1.2        Titres et versets centraux

Si on cherche des titres bibliques pour l’évangile de Luc, on peut en trouver dans les écrits de Paul :

● Tite 2:11 : « Car la grâce de Dieu qui apporte le salut est apparue à tous les hommes ».

● 1 Timothée 2:5-6 : « Car Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, l’homme Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous ».

 

Aucun évangile autre que Luc ne parle autant de la grâce et de la miséricorde de Dieu avec nous les perdus. Le Seigneur Jésus dit de Lui-même : « car le fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19:10).

Des scènes typiques de Luc décrivent la grâce et le salut d’hommes plongés dans une profonde misère, comme par exemple l’histoire du bon samaritain (Luc 10), celle du fils prodigue (Luc 15), et celle du salut du brigand sur la croix (Luc 23). Toutes les trois ne se trouvent que dans l’évangile de Luc et montrent nettement le caractère de cet évangile.

 

1.3        Luc comme auteur

Ce n’est pas par hasard que Dieu a justement choisi Luc pour lui faire écrire l’évangile de la grâce de Dieu et de Son salut pour les hommes. Luc nous est connu comme compagnon de voyage de Paul dans le livre des Actes. Dans les épîtres Paul le mentionne trois fois. En Col. 4:14 nous apprenons qu’il était le « médecin bien-aimé ». Dans l’épître à Philémon (v. 24), Paul l’appelle son compagnon d’œuvre. En 2 Tim. 4:11, il est le dernier fidèle ami auprès de Paul dans sa cellule du couloir de la mort à Rome. Paul écrit : « Luc seul est avec moi ».

Deux choses nous frappent particulièrement :

● Grec de naissance, Luc est le seul non-Juif que Dieu ait choisi pour écrire une partie de sa Parole. Après ceux de Paul, ce sont les écrits de Luc qui prennent la plus grande place dans le Nouveau Testament, avec son évangile et le livre des Actes. Dieu a choisi un homme des nations pour écrire sur « le Sauveur du monde » (Jean 4:42 ; 1 Jean 4:14), sur Celui qui est venu non seulement pour les Juifs, mais aussi pour les nations. Un païen écrit sur le salut pour les païens.

● Comme médecin, Luc était un homme de haute éducation. Dieu a choisi ce médecin pour écrire sur le grand Médecin venu du ciel, sur Celui qui apporte le salut (ou : la guérison) aux hommes. La profession de Luc l’a amené à s’occuper des maladies et des méthodes de guérison. Mais le salut dont il parle dans son évangile ne pouvait être apporté que par l’Homme venu du ciel.

 

Une brève comparaison des deux livres de la Bible écrits par Luc montre une parenté étroite entre eux. Les deux s’occupent du salut de Dieu :

● Son évangile décrit le salut que Dieu a apporté dans la personne du Seigneur Jésus. « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes » (2 Cor. 5:19).

● Les Actes des apôtres décrivent comment l’apôtre a fait connaître le salut parmi les hommes : « … mettant en nous la parole de la réconciliation. Nous sommes donc ambassadeurs pour Christ, — Dieu, pour ainsi dire, exhortant par notre moyen ; nous supplions pour Christ : Soyez réconciliés avec Dieu » (2 Cor. 5:19-20).

 

1.4        Une particularité de Luc

Au ch.1 v.3, Luc communique quelque chose d’important pour la bonne compréhension de son évangile. Il écrit au destinataire de sa lettre qu’il lui a semblé bon d’écrire « toutes choses… par ordre ». « Par ordre » peut signifier un ordre chronologique, ou un ordre selon la connexion interne. Une comparaison par rapport à l’évangile de Marc montre tout de suite que Luc s’écarte souvent de l’ordre chronologique, et présente certaines scènes selon une connexion interne, de sorte qu’elles s’accordent dans leur portée spirituelle.

Cela vaut aussi pour le ch. 5. Si nous comparons les scènes réunies dans ce chapitre avec la description de Marc, il apparaît nettement qu’elles ne se sont pas déroulées dans l’ordre selon lequel Luc les réunit. Cependant nous reconnaissons tout de suite pourquoi Luc, sous la direction du Saint Esprit, les met en étroite relation.

Après que le Seigneur Jésus au ch. 4, a prêché aux foules dans la puissance de Dieu, Il continue ensuite à le faire. Cependant au ch. 5 Il commence à s’occuper de personnes individuelles. Il y a quatre rencontres de personnes avec Lui. Les quatre montrent les effets glorieux de la grâce de Dieu dans le Seigneur Jésus, et comment ces effets se traduisent dans un homme :

● la rencontre du Seigneur avec Pierre sur la mer, montre clairement que la grâce tire un homme de son état de pécheur pour le placer à Sa suite ;

● l’homme plein de lèpre parle de l’action purificatrice de la grâce ;

● la guérison du paralytique parle de la grâce qui nous donne la puissance de vie avec le Seigneur ;

● l’histoire du publicain Lévi complète le sujet, et nous apprenons que la grâce s’occupe d’obtenir pour notre vie un but entièrement nouveau et un centre.

 

2         Le message central du texte de Luc 5:1-11

Avant d’entrer dans les détails du texte et de son application, il est bon de survoler les grandes lignes de l’enseignement que le Saint Esprit voudrait nous donner.

Le récit a pour but de montrer comment le Seigneur a appelé Pierre à Son service. Pierre reçoit à la fin la promesse de devenir pêcheur d’hommes. Là-dessus il laisse tout, et suit le Seigneur. De « pêcheur de poissons », il devient « pêcheur d’hommes ». Il est incontestable que Pierre comme disciple et apôtre, a eu un appel particulier et une mission particulière, que personne d’entre nous n’a sous cette forme. Cependant ce paragraphe donne des instructions importantes pour tous ceux qui veulent suivre et servir le Seigneur.

Pierre dut être préparé pour sa grande mission et apprendre une leçon importante que doivent apprendre tous ceux que le Seigneur veut utiliser dans Son royaume. La grande leçon est celle-ci :

« Sainteté avant de servir » !

Pierre avant d’être mis en service, a dû éprouver que le Seigneur Jésus change la vie. Il a dû apprendre premièrement qui est le Seigneur Jésus, et deuxièmement qui il était lui-même. Dans cette circonstance, Pierre a acquis d’un côté le sentiment de la grandeur et de la gloire du Seigneur Jésus, aux genoux duquel il s’est jeté. D’un autre côté, il a confessé qu’il était lui-même un homme pécheur. Pierre a appris à se connaître lui-même. Il n’avait rien fait de mal ici, mais il s’est aperçu de ce qu’il était en lui-même, un homme pécheur qui est impropre à la présence du Seigneur. Pierre n’était pas seulement quelqu’un qui avait péché, mais il était un pécheur.

Voilà la grande leçon pour nous. Nous n’avons pas seulement péché, mais nous sommes pécheurs par nature. Ce n’est que quand nous l’avons réellement appris, que nous sommes en état de suivre et servir le Seigneur.

Il est impressionnant de voir comment le Seigneur Jésus a fait passer cette leçon à Pierre. Il n’a pas dit brutalement les choses à Pierre, ni ne l’a confronté tout de suite avec la vérité qu’il est un homme pécheur. Non, le Seigneur Jésus agit comme Celui qui connaît les cœurs (Actes 1:24), avec beaucoup de sagesse et de précautions. Il fait faire à Pierre l’expérience de quelque chose de très particulier. Il lui donne une grande bénédiction. Par cela Pierre en vient « comme de lui-même », mais quand même par l’action du Seigneur, à la connaissance qu’il est un homme pécheur, qui est impropre à la présence du Seigneur.

Hormis ce grand enseignement capital, le paragraphe contient de nombreux enseignements pratiques que nous désirons prendre à cœur.

 

3         Deux rencontres importantes avec Jésus

Bien qu’il ne soit pas simple de faire la chronologie des rencontres de Pierre avec le Seigneur Jésus, il est cependant clair que la scène du lac de Génésareth n’est pas la première. Jean, qui pour l’essentiel rapporte les choses chronologiquement, mentionne au ch. 1 une rencontre de Pierre avec le Seigneur qui est la première dans le temps.

« Le lendemain encore, Jean se tint là, et deux de ses disciples ; et regardant Jésus qui marchait, il dit : Voilà l’agneau de Dieu ! Et les deux disciples l’entendirent parler, et ils suivirent Jésus. Et Jésus se retournant, et voyant qu’ils le suivaient, leur dit : Que cherchez-vous ? Et ils lui dirent : Rabbi (ce qui, interprété, signifie maître), où demeures-tu ? Il leur dit : Venez et voyez. Ils allèrent donc, et virent où il demeurait ; et ils demeurèrent auprès de lui ce jour-là ; c’était environ la dixième heure. André, le frère de Simon Pierre, était l’un des deux qui avaient ouï parler [de lui] à Jean, et qui l’avaient suivi. Celui-ci trouve d’abord son propre frère Simon, et lui dit : nous avons trouvé le Messie (ce qui, interprété, est Christ). Et il le mena à Jésus. Jésus, l’ayant regardé, dit : Tu es Simon, le fils de Jonas ; tu seras appelé Céphas (qui est interprété Pierre) » (Jean 1:35-43).

Ces versets nous rapportent comment Pierre a été conduit au Seigneur, et a reçu son nouveau nom. Dans le fait d’être amené au Seigneur, nous pouvons voir, avec la prudence qui s’impose, la conversion de Pierre. Le fait que le Seigneur l’appelle une « pierre », montre clairement qu’il reçoit alors une nouvelle vie (1 Pierre 2:5). Les pierres de la maison de Dieu sont des pierres vivantes. Il est frappant que Pierre, dans ces versets, est entièrement passif. Il ne fait rien et ne dit rien, ce qui est le contraire de son caractère. Le Seigneur est Celui qui agit. S’il s’agit de donner la vie nouvelle à un homme, nous les hommes n’y pouvons rien du tout. La nouvelle naissance est d’en haut. Elle est de Dieu.

À première vue, il pourrait sembler que Luc écrit au sujet de la conversion de Pierre dans ce passage de Luc 5. Mais la comparaison avec Jean 1 montre clairement qu’il faut être prudent avec cette idée. Pierre avait déjà la vie nouvelle quand le Seigneur Jésus le rencontra au bord du lac. Ce qui lui manquait était la profonde connaissance de Celui avec qui il avait à faire, et la connaissance de son propre état de péché.

Quelques détails du récit de Luc montrent clairement que Pierre était déjà né de nouveau et qu’il connaissait déjà le Seigneur Jésus.

● Il est déjà appelé de son nouveau nom « Pierre ». Certes le texte parle plusieurs fois de Simon, mais au v. 8 c’est « Simon Pierre » qui se jette aux genoux de Jésus. Le changement de nom de « Simon » en « Pierre » signifie le changement d’identité auquel le Seigneur seul avait droit.

● Il appelle le Seigneur Jésus « Maître », et il ne voit pas simplement en lui le « fils du charpentier », comme beaucoup de ses contemporains. Il reconnaît Son autorité sur lui.

● Il se montre obéissant. L’ordre du Seigneur de partir en mer de jour pour aller pêcher des poissons était contre toute logique de pêcheur. Cependant, Pierre est obéissant et montre par-là de la foi dans ce que le Seigneur lui dit. L’obéissance est une caractéristique essentielle de la vie nouvelle.

 

Pour nous, nous apprenons l’importance de ne pas connaître le Seigneur Jésus seulement comme Celui qui nous donne la vie nouvelle. Cela commence par L’accepter comme Sauveur, mais en même temps il faut aussi L’accepter et L’adopter comme Seigneur. Si quelqu’un de ce monde vient à la foi étant adulte, ces deux rencontres ont souvent lieu ensemble. Paul en est l’exemple classique. Devant les portes de Damas, il a eu une rencontre décisive avec le Seigneur glorifié. Ses deux questions montrent clairement une vie entièrement changée par ces deux rencontres. « Qui es-tu, Seigneur ? » (Actes 22:8) et « Que dois-je faire, Seigneur ? » (Actes 22:10). Il L’avait reçu aussi bien comme Sauveur que comme Seigneur.

C’est spécialement dans le cas où des enfants ont des parents croyants et qu’ils acceptent tôt Jésus comme Sauveur, qu’ils doivent alors faire plus tard l’« expérience de Pierre » selon Luc 5. C’est pourquoi ce récit est spécialement important pour de telles personnes. Il ne suffit pas de savoir que je suis un pécheur et que j’ai besoin d’un Sauveur. Cette rencontre initiale est naturellement fondamentale. Mais si ensuite nous continuons à vivre comme avant, nous passons à côté du plan de Dieu pour notre vie. Dieu veut nous conduire à reconnaître notre complet état de péché (« je suis un homme pécheur »), pour devenir alors des disciples et des serviteurs utilisables par notre Seigneur.

 

4         Jésus monte dans la barque

Au bord du lac de Génésareth il y avait beaucoup de bateaux. Des chercheurs historiens ont fait l’estimation qu’au temps du Nouveau Testament, il y en avait environ 4000 sur le lac. Cependant, parmi tous ces bateaux, il n’y en eut que deux auxquels le Seigneur Jésus s’est intéressé. Et de nouveau ce n’est pas par hasard qu’Il choisit justement la barque de Simon.

Les pécheurs avaient débarqué pour laver leurs filets. Être pêcheur au lac de Génésareth n’était pas un métier facile. De nuit on allait pêcher sur le lac, et le lendemain il fallait nettoyer les filets, les laver et les sécher. C’était nécessaire pour que les filets durent longtemps et ne se déchirent pas. Pierre était manifestement quelqu’un de travailleur : Malgré la longue nuit de travail, le temps de repos n’était pas venu. Les pécheurs auraient-ils pris le temps d’écouter Jésus s’Il n’était pas monté dans leur barque ? Nous ne le savons pas.

Le Seigneur est monté dans l’un des deux bateaux comme si c’était naturel. En tant que Dieu-créateur rien ne pouvait lui être interdit. Le texte ne dit pas que Jésus ait demandé l’autorisation de monter dans le bateau, car ce droit lui appartenait depuis longtemps. Mais ensuite, comme Homme abaissé, Il ne commande pas, mais Il prie le pêcheur Simon de s’éloigner un peu du rivage pour enseigner la foule de là.

 

4.1        Qu’apprenons-nous pratiquement de cela ?

Comparons le bateau avec notre vie. Le Seigneur Jésus voudrait justement en prend possession. Il vient à nous et voudrait entrer dans notre vie. Comme Dieu-créateur Il en a le droit sans autre. De plus, par Son œuvre à la croix, Il s’est acquis un droit supplémentaire de possession. Avons-nous déjà remis notre vie au Seigneur Jésus ? Non seulement comme notre Sauveur, mais aussi comme notre Seigneur ? Le Seigneur Jésus n’était plus un étranger pour Pierre, mais maintenant il en faisait l’expérience d’une toute autre manière. Nous n’avons pas à savoir d’un coup qui Il est, mais nous avons besoin comme Pierre d’une rencontre personnelle avec Lui.

Comparons le bateau avec ce qui nous appartient. Le Seigneur Jésus ne voudrait pas seulement que nous Lui appartenions comme personne, mais Il voudrait aussi prendre possession de ce qui nous appartient. Avons-nous remis au Seigneur ce qui dans toute façon Lui appartient ? Mettons-nous à Sa disposition ce qu’Il nous a confié pour le gérer ? A-t-Il pris possession de mon temps, de mes capacités, de mon auto, de mon habitation, de toutes mes ressources ? Le Seigneur ne voudrait pas seulement en avoir « quelque chose », mais Il est digne de tout avoir. Il nous a acquis à prix. C’est pourquoi nous-mêmes et tout ce que nous avons, ne nous appartient plus, mais appartient à Lui.

Le Seigneur Jésus ne s’impose pas. C’est ainsi qu’Il « prie » Simon ; pareillement Il vient à nous et attend la « franche volonté » de nos cœurs. Cette « franche volonté » apparaît pour la première fois dans la Bible en rapport avec la construction du Tabernacle. « Les fils d’Israël, tout homme et toute femme qui eurent un esprit libéral pour apporter pour toute l’œuvre que, par Moïse, l’Éternel avait commandé de faire, apportèrent une offrande « volontaire » [= « de franche volonté »] à l’Éternel » (Ex. 35:29). C’est ce qu’attend le Seigneur aussi aujourd’hui. Si nous Lui ouvrons notre cœur, nous ferons l’expérience que Pierre a faite. Le Seigneur ne reste pas débiteur. Il est toujours un riche rémunérateur.

 

5         Écouter la Parole de Dieu

Le texte commence par nous dire que la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la Parole de Dieu. En vrai Semeur, Il semait la semence de la Parole de Dieu. Par cela Il est le parfait modèle de tout prédicateur de la Parole aujourd’hui. Il était important pour Lui que chacun des auditeurs puisse bien L’entendre et bien Le voir. C’est pourquoi Il choisit cette chaire inhabituelle : la barque du pêcheur de poissons Simon.

Le message s’adressait visiblement à tous ceux qui étaient venus L’écouter. Mais il y avait plus. Le Seigneur avait avant tout en vue une certaine personne bien précise. C’était Simon Pierre. Le Seigneur Jésus savait ce qui était dans son cœur et ce qui lui était nécessaire. C’est pourquoi Il le sépare de la foule. Il voulait l’avoir tout pour Lui. Pierre cesse le travail et écoute contraint et forcé, mais de bon gré, ce que Jésus enseignait.

 

5.1        Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

Dans toute prédication, la Parole de Dieu est à placer au centre. Il est dit à Timothée : « prêche la parole » (2 Tim. 4:2). Rien n’est plus efficace et plus vivant que la Parole de Dieu (Héb. 4:12). Elle est utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice (2 Tim. 3:16). Quand il s’agit d’une prédication devant des non croyants, pensons que la foi provient de la prédication de la Parole. « Ainsi la foi est de ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la Parole de Dieu » (Rom. 10:17). Ces quelques versets montrent l’importance de la Parole de Dieu qui est prêchée jusqu’à aujourd’hui.

Il y a des situations où le Seigneur a quelque chose de tout à fait personnel à nous dire. Même lorsque la Parole est prêchée publiquement devant beaucoup de gens, il peut arriver qu’une parole nous touche tout à fait personnellement. Dans toutes les réunions pour la prédication de la Parole, le message ne s’adresse pas seulement en bloc pour tous, mais, en même temps et toujours, pour chacun personnellement. N’avons-nous pas souvent vu que le Seigneur touchait par sa Parole un point particulier qui nous concernait très personnellement ? Quelquefois c’est de l’instruction, quelquefois de l’encouragement et quelquefois de la répréhension.

Souvent dans la vie de tous les jours, des obstacles nous empêchent de nous concentrer sur ce que le Seigneur Jésus a à nous dire. L’un de ces obstacles peut être la vie professionnelle. Elle nous capte souvent jusqu’à la limite d’être un fardeau. « À terre » nous ne trouvons aucun repos. Aussi le Seigneur s’occupe parfois de nous « éloigner un peu de la terre » (5:3). Nous avons besoin de ces pauses courtes, quelquefois plus longues, pour entendre tout tranquillement ce qu’Il veut nous dire — des moments sans téléphone, sans e-mail et sans SMS pour nous détourner de L’écouter Lui. Les « temps tranquilles » sont des temps où nous laissons de côté tout ce qui nous occupe au quotidien, et où nous nous concentrons entièrement sur Lui.

 

Un bon exemple de cela est Marie de Béthanie (Luc 10:38-41). Il y avait beaucoup à faire à la maison. Le travail à la maison peut lui aussi nous empêcher d’avoir nos « temps tranquilles » avec le Seigneur. C’était le cas de Marthe, mais pas de Marie. Celle-ci n’était pas paresseuse, mais elle savait ce qu’il fallait faire au bon moment. Quand Jésus parlait, elle était assise à Ses pieds pour écouter la Parole. Elle avait choisi « la bonne part », elle avait établi ses priorités correctement.

 

6         Une prière, un ordre et la réaction de Pierre

Le Seigneur Jésus avait un objectif concret. Il voulait montrer à Pierre quelque chose de très clair. Pierre devait d’abord apprendre qui était le Seigneur Jésus et qui il était lui-même. Ensuite il devait être en mesure d’être pécheur d’hommes.

Il est impressionnant de voir comment Celui qui connaît parfaitement les hommes, le parfait Pasteur, atteint ce but. Contrairement, par exemple, à Son entretien avec Nicodème, le Seigneur ne confronte pas Pierre directement avec les faits. Il ne dit pas brutalement les choses. Il ne lui dit pas directement ce qu’Il pense de lui. Si Jésus avait dit : « Écoute un peu Pierre, j’ai un message important pour toi. Je suis le Fils de Dieu et tu es un pécheur », Pierre aurait peut-être suivi intellectuellement et serait arrivé à comprendre cela ; mais son cœur n’aurait guère été touché. Peut-être aurait-il répondu : « oui nous sommes tous pécheurs, mais je ne suis pas si mauvais que ça, pas plus que les autres, et je ne recommencerai pas ». C’est pourquoi le Seigneur procède tout différemment. Il exprime d’abord une demande, et donne ensuite un ordre.

La prière demandait de s’éloigner un peu du rivage. Après que Pierre se soit conformé à cette demande, il obéit à l’ordre d’aller vers le large et d’y jeter les filets pour prendre des poissons. S’il n’avait pas donné suite à la prière, il n’aurait pas reçu d’ordre du Seigneur, et il aurait manqué un événement prodigieux.

Pierre accède à la prière du Seigneur sans aucun commentaire. Il laisse en plan le travail commencé, de sorte que Jésus peut enseigner la foule à partir de la barque. Puis Pierre donne également suite à l’ordre suivant, non sans toutefois faire un commentaire révélateur :

« Maître, nous avons travaillé toute la nuit, et nous n’avons rien pris ; mais sur ta parole je lâcherai le filet ». Pierre Le nomme « Maître ». Cette expression est typique de l’évangile de Luc. Elle ne figure que dans cet évangile, sept fois en tout. Un maître est quelqu’un qui a de l’autorité. C’est un chef ou commandant. Pierre était prêt à se soumettre à l’autorité de Celui qui donnait cet ordre. Il reconnaissait Son autorité, bien que sa parole fasse ressortir un certain doute quant à la probabilité de succès de l’ordre. Elle devait sembler minime à Pierre.

Ce que le Seigneur attendait de Pierre était contre toute logique d’un pêcheur du lac de Génésareth :

● En règle générale les poissons sont pris de nuit, pas de jour. Le jour, les poissons nagent en profondeur, de sorte que l’on a du mal à les prendre.

● En règle générale les poissons sont pris plutôt vers la surface où ils viennent de nuit pour chercher leur nourriture. En eau profonde, on ne pouvait guère les prendre avec les méthodes de l’époque.

● Jésus était charpentier de profession, et le bon sens aurait pu dire que l’expert en pêche de poisson Simon avait une meilleure intuition que le charpentier Jésus.

 

Or c’est tout à fait consciemment que le Seigneur Jésus lance ce défi à Pierre. Il veut voir si Pierre a confiance, a foi en Lui, et s’il serait obéissant contre raison. Pierre réagit correctement. La foi ne questionne pas selon la logique. La foi est simplement obéissante. Pierre dit : « mais sur ta parole… ». Ce n’est rien d’autre qu’une obéissance toute simple. Il abandonne toute la suite au Seigneur.

Voilà une leçon qu’il nous est souvent difficile d’apprendre, celle de soumettre notre intelligence avec foi à la Parole de Dieu. Notre intelligence n’est pas sans importance. Ceux qui croient ne doivent pas laisser leur intelligence pendue au vestiaire. Mais l’important est de tenir compte de ce que Salomon a écrit : « Confie-toi, de tout ton cœur à l’Éternel, et ne t’appuie sur ton intelligence » (Prov. 3:5). Le danger est de nous appuyer sur notre intelligence, et de nous borner à peser humainement entre le « raisonnable » et le « déraisonnable ». Si Pierre avait agi ainsi, il ne serait pas reparti en pleine eau. La foi est courageuse, mais pas folle. La foi met Dieu à l’épreuve, mais elle ne tente pas Dieu.

« Sur ta parole » dit Pierre. Si quelqu’un agit sur la parole d’autrui, il rend l’autre responsable de ce qui se passe. C’est justement ce que Pierre fait ici. Il remet la chose au Donneur d’ordre, et il obéit.

La foi et l’obéissance vont étroitement ensemble. Dans l’épître aux Romains, Paul lie ces deux vertus dans la notion d’« obéissance de la foi » (Rom. 1:5 ; 16:26). La foi est toujours obéissante. Recevoir l’évangile est à la fois un acte de foi et un acte d’obéissance (Actes 17:30 ; 2 Thes. 1:8 ; 2:12). L’obéissance est le premier résultat de la foi. Il ne peut pas en être autrement. La Parole de Dieu « produit » la foi, et la foi « produit » l’obéissance.

 

6.1        Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

a) Si nous voulons arriver à un changement de pensée chez un frère ou chez une sœur, la voie de la confrontation directe avec la vérité n’est pas toujours appropriée. Le modèle du Seigneur Jésus nous enseigne que, pour atteindre le but, il faut parfois user de voies en apparence détournées.

b) La foi et l’obéissance sont deux vertus étroitement liées l’une à l’autre. Même si cela nous est pénible, nous devons parfois laisser derrière nous les considérations humaines « raisonnables », et faire pleinement confiance au Seigneur. Le Seigneur cherche l’obéissance toute simple à Sa Parole, même si, dans tel cas concret, il y a des arguments allant en sens contraire.

 

7         La bénédiction suit l’obéissance

À la suite de la foi et de l’obéissance, il y a toujours la bénédiction. Celui qui donne reçoit. Le Seigneur Jésus lui-même a dit : « donnez, et il vous sera donné : on vous donnera dans le sein bonne mesure, pressée et secouée, et qui débordera » (Luc 6:38). C’est justement ce dont Pierre et ses associés ont fait ici l’expérience. La bénédiction a dépassé ce qu’ils pouvaient saisir. Ils mirent leurs bateaux à Sa disposition, et Lui les bénit à l’extrême. Les filets commencèrent à se déchirer, ne pouvant contenir une telle quantité de poissons. Les barques menacèrent de couler, et ils purent juste les maintenir à flot.

● Pierre a vécu ici ce qu’Abraham a vécu. Il avait également été obéissant et n’avait pas refusé à Dieu son fils Isaac. Dieu lui dit : « J’ai juré par moi-même, dit l’Éternel : Parce que tu as fait cette chose-là, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, certainement je te bénirai, et je multiplierai abondamment ta semence comme les étoiles des cieux et comme le sable qui est sur le bord de la mer » (Gen. 22:16, 17).

● Pierre a vécu ici ce que Dieu avait promis à Son peuple Israël : « Car l’Éternel te bénira abondamment dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne en héritage pour le posséder, pourvu seulement que tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, pour prendre garde à pratiquer tout ce commandement que je te commande aujourd’hui » (Deut. 15:4, 5).

● Pierre a vécu ici ce que Dieu avait dit à Josué : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de ta bouche, et médite-le jour et nuit, afin que tu prennes garde à faire selon tout ce qui est écrit ; car alors tu feras réussir tes voies, et alors tu prospéreras » (Josué 1:8).

 

Mais cette bénédiction immense n’était que le moyen pour arriver au but. Le Seigneur Jésus voulait davantage. Et Il est arrivé à Son objectif. Il voulait toucher la conscience de Simon. Il lui donne une bénédiction surabondante, beaucoup plus que ce que Pierre pouvait attendre. Mais Pierre n’a pas regardé la bénédiction surabondante. Il n’a pas regardé les deux barques pleines de poissons. Il n’a pas regardé la « réussite économique » extraordinaire, et les possibilités qui s’ouvraient à partir de là pour un pêcheur de Galilée. Il avait entendu la Parole du Seigneur. Il avait fait l’expérience de la bénédiction du Seigneur. Et maintenant il ne voit que la Personne de Celui qui lui a parlé et qui l’a tant béni. Et dans son cœur il a formulé en silence la question qui fut plus tard posée ouvertement : « Qui donc est celui-ci ? » (Luc 8:25). Il commençait lentement à comprendre Qui était réellement Celui qui parlait avec lui. Le Psaume 8 décrit la grandeur du Fils de l’homme. Le Psalmiste dit entre autres : « Tu l’as fait dominer sur les œuvres de tes mains ; tu as mis toutes choses sous ses pieds : Les brebis et les bœufs, tous ensemble, et aussi les bêtes des champs, l’oiseau des cieux, et les poissons de la mer, ce qui passe par les sentiers des mers » (Ps. 8:6-8). Voilà ce que Pierre venait de vivre directement. Il savait qu’une telle pêche, en plein jour et en pleine eau ne peut pas s’expliquer de façon naturelle. Il fallait que quelqu’un soit à l’œuvre, et qu’il ait commandé aux poissons d’aller dans le filet.

 

7.1        Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

a) Même si nos bénédictions ne sont pas premièrement de nature terrestre (richesse, pouvoir, reconnaissance, succès professionnel, santé, etc.), le principe divin subsiste que le moment où Dieu peut nous bénir et nous faire progresser intérieurement, c’est quand nous sommes prêts à nous soumettre à Sa Parole et à Lui obéir.

b) Quant à la bénédiction de Dieu, n’oublions jamais Qui en est la source. Tout bienfait de la part de notre Seigneur doit conduire à apprendre à mieux Le connaître. Si la bénédiction est grande, Celui qui bénit est plus grand.

 

8         Une connaissance importante

Nos yeux et nos oreilles deviennent maintenant témoins d’une circonstance bien spéciale. Voilà ce qui est surprenant : la grosse prise de poissons ne donne lieu à aucune joie et aucun remerciement. « La bénédiction ne lui cause pas de la joie, mais lui apporte la conviction de péché et la frayeur, parce qu’elle l’amène en présence du Seigneur de gloire » (H. Rossier, Simon Pierre). Pierre se rend compte d’un coup qu’il est devant Jésus comme un livre ouvert. Il saisit qui Il est, et cela lui donne en même temps une profonde connaissance de son propre état. Et cela à son tour lui donne la conviction qu’il ne cadre pas avec Jésus.

Considérons ce que Pierre découvre en détail :

1. Avant de dire quoi que ce soit, il prend la bonne attitude. Il tombe aux genoux de Jésus. Peu lui importait de se trouver dans un bateau plein de poissons. Peu lui importait d’être vu par les autres. Il prend la seule bonne attitude. Il n’est pas dit ici qu’il soit tombé à genoux ou qu’il se soit jeté aux pieds de Jésus, mais aux genoux de Jésus ! L’expression est singulière. On peut se demander quelle en est la raison. On peut penser à l’explication que le bateau était plein de poissons au point qu’on ne voyait plus les pieds du Seigneur. En tout cas l’attitude extérieure de Pierre, montre une disposition intérieure de cœur de soumission, de subordination et d’humilité. Il Le reconnaît comme le Seigneur devant qui on se prosterne. En plus, cela exprime le désir d’être proche du Seigneur.

 

2. Pierre saisit qu’il ne peut pas tenir devant la grandeur de Celui qui est ici dans la barque. Dieu est lumière, et personne ne peut subsister devant Lui. Il réalise subitement que lui-même n’est pas acceptable par Jésus dans l’état où il est. Il se reconnaît comme un pécheur qui ne peut pas subsister dans la présence du Saint Fils de Dieu. C’est justement là, dans la présence de Celui qui est entièrement pur et sans péché, que le péché est vu dans son vrai caractère, comme nulle part ailleurs. Même si d’un côté nous sommes complètement indignes d’être près de Jésus, Sa proximité est quand même la place où nous reconnaissons vraiment notre état de pécheur et de perdition.

Pierre est arrivé à discerner qu’il est un homme pécheur. Il ne s’agit pas ici du fait que Pierre a commis des péchés, mais de ce qu’il est un pécheur. C’est une différence qu’il faut bien comprendre. Ce que nous avons fait est une chose, ce que nous sommes en est une autre. Quand le fils prodigue revient à son père, on trouve les deux côtés dans sa confession. Il dit : « père j’ai péché », c’est le premier côté. Ensuite il ajoute : « Je ne suis pas digne… », c’est le second côté. Ce qu’il avait fait était des choses mauvaises, mais ce qu’il était en lui-même était tout à fait indigne. Dans cette confession remarquable, on trouve en raccourci ce que l’épître aux Romains présente dans sa première partie, la partie doctrinale. Nous sommes d’abord coupables devant Dieu à cause de toutes les choses mauvaises que nous avons faites, et secondement nous sommes des pécheurs parce que nous avons en nous une vieille nature pécheresse. Pour ces deux problèmes, seul le Seigneur Jésus a une solution. Dans l’aveu de Pierre, il y a maintenant le deuxième côté : « Je suis un homme pécheur ». Paul écrit en Rom. 7 : « Car je sais qu’en moi, c’est à dire en ma chair, il n’habite point de bien ; car le vouloir est avec moi, mais accomplir le bien, [cela] je ne le trouve pas » (Rom. 7:18). Il faut que nous en arrivions à reconnaître cela, si le Seigneur veut nous utiliser dans un service. Nous ne pouvons rien par nous-mêmes, mais tout attendre de Lui.

Pierre voyait clairement que, tel qu’il était, il n’était pas propre à la présence du Seigneur. Il nous faut apprendre que nous sommes réellement pécheurs de fond en comble. Nous ne sommes pas de « bonnes gens », qui occasionnellement font quelque chose de mal, mais notre caractère, notre nature, est cet état de pécheur, et nous ne pouvons pas subsister devant le Seigneur. « Nous ne pouvons pas recouvrir nos taches pécheresses avec un camouflage de justice » (W. Gschwind).

 

3. Pierre demande au Seigneur de se retirer de lui. Les paroles et les actes de Pierre paraissent se contredire. D’un côté, il est aux genoux du Seigneur et il exprime ainsi le désir d’être tout près de Lui. D’un autre côté il voudrait qu’Il se retire. Les deux choses, l’attitude et les paroles, touchent le point critique des sentiments de Pierre sur le sujet. Moralement ce qu’il dit est correct. Quant à son cœur, sa position aux genoux du Seigneur est correcte. D’un côté il se sent entièrement impropre pour la présence du Seigneur, et d’un autre côté il ne veut plus vivre sans Lui. W. Kelly écrit là-dessus : « Il savait maintenant ce qu’était le péché et il le confessait. Son attitude aux genoux de Jésus montre cependant que son cœur sentait les choses tout autrement. Le Seigneur ne devait pas l’abandonner, bien que sa conscience lui dise qu’Il aurait dû. Il avait une conviction de son état de pécheur plus profonde que jamais auparavant … cette dichotomie n’avait pas de racine dans le cœur. Elle n’était qu’à la surface de ses paroles. Car son sentiment intime soupirait après Jésus, et trouvait sa joie en Lui. Il se cramponnait au Seigneur de toute son âme, et pourtant avec la ferme conviction de n’y avoir strictement aucun droit » (W. Kelly, exposé introductif à l’évangile de Luc). Cela est conforme aux paroles du Ps. 130:1-5, où le psalmiste prie : « Je t’ai invoqué des lieux profonds, ô Éternel ! Seigneur écoute ma voix ; que tes oreilles soient attentives à la voix de mes supplications. Ô Jah ! si tu prends garde aux iniquités, Seigneur, qui subsistera ? Mais il y a pardon auprès de toi, afin que tu sois craint. J’ai attendu l’Éternel ; mon âme l’a attendu, et j’ai eu mon attente en sa parole ».

 

4. On peut se demander comment Pierre en est venu à reconnaître tout cela par le moyen de cette grande prise de poissons, car à première vue on ne voit pas le rapport. La réponse est la suivante : c’est la grandeur et la majesté de la personne du Seigneur qui l’ont amené là. C’était justement l’intention du Seigneur Jésus. Ce n’était pas une faute concrète, un péché qui l’on conduit à comprendre cela, mais c’est la présence du Seigneur.

Nous retrouvons ce principe à plusieurs reprises dans la Bible. Des gens qui ont vu Dieu, reconnaissent subitement qui ils sont, et qu’ils ne peuvent pas subsister devant Dieu. En voici quelques exemples :

● Quand Gédéon a vu l’Ange de l’Éternel, il a eu peur de mourir et a dit : « Ah ! Seigneur Éternel, si c’est pour cela que j’ai vu l’Ange de l’Éternel face à face ! Et l’Éternel lui dit : Paix te soit ; ne crains point, tu ne mourras pas » (Juges 6:22, 23).

● C’est ce qui arriva aussi à Manoah, le père de Samson. Il dit à sa femme : « Nous mourrons certainement car nous avons vu Dieu » (Juges 13:22). Eux non plus n’eurent pas besoin de mourir.

● C’est encore plus net chez Job. À la fin de sa grande épreuve, il dit : « Mon oreille avait entendu parler de toi, maintenant mon œil t’a vu : C’est pourquoi j’ai horreur de moi, et je me repens dans la poussière et dans la cendre » (Job 42:5-6). Une connaissance réelle du Seigneur conduit à une connaissance réelle de soi-même. Le fait d’avoir vu Dieu, conduisait à cette intelligence. Tous les arguments de ses amis n’avaient abouti à rien, mais maintenant Dieu avait atteint son but avec Job.

● Ésaïe a vécu quelque chose de semblable : « Et je dis : Malheur à moi ! car je suis perdu ; car moi, je suis un homme aux lèvres impures, et je demeure au milieu d’un peuple aux lèvres impures ; car mes yeux ont vu le roi, l’Éternel des armées » (És. 6:5). La raison donnée montre de nouveau clairement ce qui a fait naître cette connaissance.

 

« La connaissance de Dieu amène toujours à se repentir et à reconnaître le péché. Seule la lumière de Dieu peut nous apprendre à nous connaître réellement » (JGB ; méditation sur l’évangile de Luc). C’est la seule manière d’expliquer que la prise de poissons a produit cette connaissance chez Pierre.

Ce que Pierre dit ici, est comparable à la confession du brigand sur la croix (Luc 23:39-43). Trois choses sont frappantes :

● Il dit ce que méritaient ses actions. C’est l’aveu d’être pécheur.

● Il reconnaît que le Seigneur Jésus n’a rien fait d’inconvenant. Il avait reconnu qui était l’homme du milieu. Il Le reconnaît comme pur, saint et sans péché.

● Il appelle au secours : « Souviens-toi de moi, Seigneur ». Ce que Pierre exprime tacitement par son attitude, cet homme l’a formulé en paroles.

 

8.1        Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

A) Nous avons besoin d’un sentiment profond de la grandeur et de la majesté de la personne de notre Seigneur pour nous connaître et avoir une appréciation correcte de nous-mêmes. Comme Paul lorsqu’il demandait : « Qui es-tu Seigneur ? », nous devons toute notre vie croître dans la connaissance de la personne de notre Seigneur et Sauveur. Cette connaissance nous maintient petit et humble.

B) Pour tout service, il est important d’avoir assimilé le principe : « sainteté avant de servir ». Comme serviteur du Seigneur, nous devons apprendre à connaître notre propre état de péché dans Sa présence. Cet exercice de l’âme est indispensable. Si nous ne l’avons pas fait lors de notre conversion, le Seigneur le produira plus tard. Si cet exercice d’âme n’a pas eu lieu, la réception de la Parole restera toujours superficielle et ne produira pas de racines profondes dans le cœur. Ce que Pierre reconnait et discerne ici pour la première fois, a été répété plus tard par une chute douloureuse, quand il a renié son Seigneur.

 

9         La réponse du Seigneur

La réponse du Seigneur aux paroles de Pierre et à sa demande tacite ne pouvait pas se faire attendre. Elle comporte deux parties : d’abord Pierre entend la parole : « ne crains pas ». Ensuite il obtient la promesse qu’un jour il prendra des hommes.

Le Seigneur Jésus a dit lui-même qu’Il était venu chercher des pécheurs et les sauver (Luc 19:10). Pierre en était un. Celui qui se reconnaît pécheur à la lumière de Dieu, et qui se tourne par la foi vers Jésus, ne sera jamais repoussé.

Pierre entendit d’abord les paroles encourageantes : « ne crains pas ». Combien souvent des gens ont entendu ces trois mots de la bouche de Dieu et du Seigneur Jésus, tant à titre personnel que collectif (« ne craignez pas »). Le Seigneur a encouragé par-là à la fois des pécheurs et des croyants. La liste des passages sur ce sujet serait trop longue. Donnons-en simplement le premier et le dernier qu’on trouve dans la Bible :

● Abraham : « Après ces choses, la Parole de l’Éternel fut [adressée] à Abram dans une vision, disant : Abram, ne crains point ; moi je suis ton bouclier [et] ta très grande récompense » (Gen. 15:1).

● Le disciple Jean : « Et, lorsque je le vis, je tombai à ses pieds comme mort ; et il mit sa droite sur moi, disant : Ne crains point ; moi, je suis le premier et le dernier, et le vivant… » (Apoc. 1:17).

 

Ici c’est Pierre, bouleversé par son état de péché, qui entend ces paroles. Il s’inquiétait que peut-être le Seigneur se retirerait réellement parce qu’il était pécheur. Mais alors il entend cette déclaration : « ne crains pas ». « N’aie pas peur ». Aucun de ceux qui se reconnaissent pécheur n’a pas besoin d’avoir peur. Le Seigneur Jésus n’est pas seulement saint et juste, mais Il est aussi plein d’amour. Parce qu’Il a été notre substitut à la croix, personne n’a besoin d’avoir crainte. « Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait chasse la crainte, mais la crainte porte avec elle du tourment ; et celui qui craint n’est pas consommé dans l’amour » (1 Jean 4:17-18).

Aucun pécheur ne peut subsister dans la présence de Dieu. Il y a besoin d’une profonde œuvre de Dieu chez nous pour le reconnaître, comme chez Pierre. Mais quand nous nous tournons vers le Seigneur Jésus et apprenons à connaître la grâce, tout change. L’œuvre de la grâce nous montre que Dieu n’est pas seulement lumière, mais aussi amour. En Éphésiens 1:13, Paul parle d’entendre et de croire aussi bien la Parole de vérité que l’évangile de notre salut. La Parole de vérité nous montre la vérité sur Dieu et sur nous. Cette Parole est peu flatteuse, plutôt effrayante. C’est ce que Pierre a vécu ici. Celui qui apprend à connaître Dieu dans Sa sainteté, et lui-même dans son état de péché, est jeté par terre. Mais alors il entend l’évangile de notre salut. C’est la Bonne Nouvelle que le Dieu saint a trouvé un chemin pour nous recevoir quand même, grâce à l’œuvre de la croix. Cela enlève toute crainte. Les deux choses, la Parole de vérité et l’évangile de notre salut, doivent être reçues par la foi.

Pierre obtient maintenant du Seigneur la promesse qu’un jour il prendra des hommes. C’est en même temps une mission que Pierre reçoit. La rencontre avec le Seigneur Jésus a complètement changé Pierre. De « pêcheur de poissons » qu’il était, il devient maintenant « pêcheur d’hommes ». Quand nous lisons le livre des Actes, nous reconnaissons clairement combien Pierre a mis cette tâche à profit pour une grande bénédiction, et des milliers sont venus à la foi par ses prédications. Le Seigneur avait atteint son but avec Pierre. Il se peut que le Seigneur ait une autre tâche pour nous, mais un point est certain : Il voudrait nous utiliser tous à Son service.

 

9.1        Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

Si le Seigneur veut nous utiliser dans Son service, cela ne marche que si nous avons appris la leçon de Pierre. Celui qui est lui-même dans la paix intérieure, est seul en mesure de transmettre à d’autres le message de la paix. Avant d’envoyer les disciples après Sa résurrection, le Seigneur Jésus vient à eux avec un message glorieux : « paix vous soit » (Jean 20:21). Sans une paix assurée, il n’y a pas de message de paix pour d’autres. Seul celui qui a entendu pour lui-même la Parole du Seigneur « ne crains pas », peut en redire quelque chose à d’autres.

 

10    Qu’y a-t-il ensuite ?

Les disciples avaient vécu sur le lac quelque chose de grandiose. Maintenant ils reviennent à terre. Que vont-ils faire de cette prise de poissons énorme ? Pour les uns, qui étaient des pêcheurs pauvres, c’était la prise de leur vie. Les poissons pouvaient être vendus, et un bon revenu en être obtenu. Cependant la réaction des disciples est tout autre. Ils laissent tout en plan, et suivent le Maître.

Une personne qui se donne entièrement au Seigneur ne reçoit pas seulement quelque chose, mais elle donne aussi quelque chose. Le principe chrétien, n’est pas de faire ou donner quelque chose en vue d’obtenir, mais c’est de donner parce que nous avons reçu. Cela fait toute la différence entre le christianisme et toutes les religions.

Pierre avait entendu la parole du Seigneur : « ne crains pas ». La paix était entrée dans son cœur. Au lieu de se retirer, le Sauveur l’avait reçu et l’avait appelé à Son service. Maintenant arrive la réponse de Pierre et des autres qui avaient tout reçu avec lui : « Et ayant mené les nacelles à terre, ils quittèrent tout et le suivirent ».

Nous ne trouvons pas ici, comme en Matthieu et Marc, l’invitation concrète à Le suivre (Matt. 4:19 ; Marc 1:17). Cette invitation a eu lieu, bien entendu. Mais ici le désir de suivre « allait de soi ». Celui qui a reconnu le Seigneur de gloire, et Sa manière de recevoir ceux qui ont discerné leur état de péché, celui-là aura maintenant le désir de suivre le Seigneur. Ce serait bien trop peu de se contenter d’avoir un Sauveur qui a résolu la question de nos péchés. Nous avons un Seigneur que nous suivons, et que nous désirons servir. « Quand la grâce est connue, et que la paix et la joie remplissent le cœur à l’ouïe de la parole « ne crains pas », alors suivre le Seigneur Jésus est la seule voie sûre et juste pour ceux qui sont nés de nouveau » (WTP Wolston, ‘Simon Pierre, sa vie et ses épitres’).

Cependant avant de suivre le Seigneur, il y a quelque chose à abandonner. Suivre a un prix. Ce n’est pas sans contrepartie. Le Seigneur Jésus lui-même a dit : « personne ne peut servir deux maîtres » (Matt. 6:24). Les disciples laissent derrière ce qui pouvait les empêcher de suivre le Seigneur Jésus. Ils comparent ce qu’ils abandonnent à ce qu’ils ont obtenu. Le choix est alors décidé. On ne peut pas tout garder, et en même temps vivre pour le Seigneur. La phrase suivante de Jim Elliot a été souvent répétée parce qu’elle enfonce le clou dans la tête : « Celui-là n’est pas fou, qui abandonne ce qu’il ne peut pas garder, pour garder ce qu’il ne peut pas perdre » (Elliot, ‘À l’ombre du Tout-Puissant’).

En Jean 1, Pierre avait appris qu’il appartenait désormais au Seigneur Jésus. En Luc 5 il apprend qu’il appartient au Seigneur Jésus avec tout ce qu’il avait. C’est évidemment davantage. Si nous ne savons pas ce que nous gagnons, il nous est difficile d’abandonner ce qui nous entrave. Pour Paul la chose était décidée comme pour les disciples ici : « Mais les choses qui pour moi étaient un gain, je les ai regardées, à cause du Christ, comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur, à cause duquel j’ai fait la perte de toutes et je les estime comme des ordures, afin que je gagne Christ, et que je sois trouvé en lui… » (Phil. 3:7-9).

Peu d’entre nous sont appelés comme les disciples à tout laisser et tout abandonner littéralement et pratiquement. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit en premier. Si nous lisons attentivement les épîtres du Nouveau Testament, nous ne trouvons pas cette invitation à tout abandonner, patrie, profession, famille, propriété. Il peut y avoir des cas particuliers où le Seigneur appelle à un service spécial, mais ce n’est pas la règle. Ce que nous trouvons abondamment, c’est de ne plus vivre pour nous-mêmes, mais de nous dévouer entièrement au Seigneur. Les croyants de Macédoine en sont un exemple : « et non seulement comme nous l’avions espéré, mais ils se sont donnés premièrement eux-mêmes au Seigneur, et puis à nous, par la volonté de Dieu » (2 Cor. 8:5). Paul écrit aux Corinthiens : « il [Christ] est mort pour tous, afin que ceux qui vivent, ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité » (2 Cor. 5:15). Il s’agit de ceci : nous ne devons plus vivre pour nous-mêmes et être centrés sur nos propres intérêts, mais nous devons nous mettre à la disposition du Seigneur. « Laisser » est pour nous un test de ce qui nous empêche d’être à la suite du Seigneur, derrière Lui. Cela n’est pas nécessairement des choses mauvaises de ce monde. Cela peut être des choses bonnes en soi, voire importantes et utiles (par exemple notre profession ou nos relations sociales). Il s’agit finalement d’une question de priorités. La première place appartient au Seigneur Jésus.

 

10.1   Quelle leçon pratique y a-t-il là pour nous ?

Il peut parfois nous arriver comme à Pierre, de vivre un grand événement « sur le lac » avec le Seigneur Jésus. Nous avons senti qu’Il s’adressait à nous, et il est devenu clair que quelque chose devait changer dans notre vie. Mais alors, c’est comme si nous arrivions « à terre ». La vie de tous les jours recommence, avec son ancien train. Rien n’a changé. L’expérience de Pierre doit nous encourager à rompre avec les vieilles habitudes et à « défricher pour nous un terrain neuf » (Osée 10:12).

La grande question est de savoir si nous sommes prêts à abandonner ce qui nous empêche de suivre le Seigneur ? Chacun est invité à tester ce que cela peut être dans sa vie : des objets ? des habitudes ? un passe-temps ? des amitiés ? Plus le Seigneur Jésus et ce qu’Il a fait pour nous, ont de l’importance pour nous, plus nous serons prêts à « tout laisser » pour Le suivre.

 

11    De « pêcheur de poissons » à « pêcheur d’hommes »

De Pierre le « pêcheur de poissons », le Seigneur Jésus a fait un « pêcheur d’hommes ». Il peut être utile, en terminant, de comparer ces deux activités, et de voir quelques parallèles et différences entre elles. Un « pêcheur de poissons » exerce une profession terrestre, tandis que le « pêcheur d’hommes » cherche à gagner des gens pour le Seigneur Jésus, et par-là de les gagner pour le ciel. L’un des domaines est lié à la terre, il est séculier, l’autre a à faire au ciel, il est spirituel. C’est une différence essentielle. Le « pêcheur de poissons » prend des poissons vivants pour les tuer, le « pêcheur d’hommes » prend des poissons morts (des hommes morts spirituellement) pour que Dieu fasse naître en eux la vie nouvelle. La « prise » du « pêcheur d’hommes » n’a rien à faire avec les méthodes humaines de l’art de convaincre (la rhétorique ou la dialectique), mais elle consiste simplement à insister auprès des gens sur leur besoin d’un Sauveur et d’un Seigneur.

Le « pêcheur d’hommes », comme le « pêcheur de poissons », a deux « méthodes de prises » différentes. On peut prendre au filet ou on peut prendre à la ligne. Au début du livre des Actes, on voit les deux méthodes utilisées par les disciples. Pierre a pêché au filet quand il a prêché devant de grandes foules, et que beaucoup sont venus à la foi. Philippe en Actes 8 a pêché à la ligne en allant à la suite de l’eunuque Éthiopien, pour le gagner au Seigneur. Les deux « méthodes » existent aujourd’hui, et les deux sont à utiliser. L’une n’est pas meilleure ou moins bonne que l’autre.

Nous n’avons pas tous le don d’évangéliste, mais nous avons tous la tâche de vivre selon l’évangile, et de faire l’œuvre d’un évangéliste (2 Tim. 4:5). Le Seigneur nous met tous à cœur de répandre le message de la croix et d’être Ses témoins. C’est pourquoi le récit de Luc 5 nous donne à tous, une série d’applications pratiques, dont nous prendrons connaissance pour notre profit.

1. Les deux activités impliquent de travailler. Le « pêcheur de poissons » travaille dans le domaine naturel, et le « pêcheur d’hommes » dans le domaine spirituel. De même que le travail naturel n’est pas une promenade, mais entraîne peines et fatigues, de même le travail dans le domaine spirituel n’est pas une « course solitaire ». Il comporte aussi de la fatigue. L’apôtre Paul parle en 2 Thes. 3:8 de « peine et de labeur » (voir aussi 2 Cor. 11:27). En 1 Cor. 15:58, il écrit : « ainsi mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur ». Le travail pour le Seigneur comme celui du « pêcheur de poissons » est toujours lié à de la fatigue. Mais il vaut la peine de s’engager dans cette fatigue.

2. Le travail pour le Seigneur ne reste pas sans résultat. Les versets qui viennent d’être cités montrent clairement qu’aucune fatigue pour le Seigneur n’est vaine. D’un côté nous pouvons penser à la récompense personnelle qui sera accordée au tribunal de Christ. Nous pouvons aussi penser au résultat sous la forme de poissons pris. Quand nous jetons le filet « à Sa parole », nous pouvons remettre en confiance les résultats de notre travail au Seigneur. Et nous pouvons être sûrs qu’Il sait où sont les poissons qui doivent être pris. Il s’occupera de les faire « entrer dans le filet ». Il est vrai que si nous travaillons de façon indépendante du Seigneur, nous ferons l’expérience de Pierre en Jean 21 : « ils ne prirent rien » (Jean 21:3). Notre tâche est de jeter le filet sur Son ordre. Le secret du succès de tout travail pour le Seigneur, est qu’Il en ait la direction. Il se charge de tout le reste. Paul écrit « Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais Dieu a donné l’accroissement » (1 Cor. 3:6). Déjà dans l’Ancien Testament il était écrit : « Jette ton pain sur la face des eaux, car tu le trouveras après bien des jours » (Eccl. 11:1). Pierre a vécu comment les deux bateaux furent chargés à ras bord ; « la bénédiction que Dieu est prêt à donner dépasse ce que les vases peuvent contenir » (LM Grant – commentaire sur l’évangile de Luc).

3. Considérons maintenant quelques caractères et qualités des « pêcheurs de poissons » et transposons-les aux « pêcheurs d’hommes ».

3a) Un pêcheur de poissons comprend son métier. Il a appris et il sait comment on s’y prend. Cela vaut à la fois pour la pêche au filet et pour la pêche à la ligne. On a besoin d’une certaine habileté et d’un certain discernement. Le « pêcheur de poissons » doit également avoir les sens exercés. Rien ne vient de rien. Quand on dit que l’on n’a pas de talent, c’est souvent un discours de paresseux. On peut, au moins jusqu’à un certain degré, apprendre par l’exercice. Il reste absolument vrai que le Seigneur agit parfois contre toute logique humaine.

3b) Un « pêcheur de poissons » n’est en général pas un froussard. Il est courageux et hardi, et peut aussi au besoin œuvrer en ordre. Cela vaut aussi pour les « pêcheurs d’hommes ». Il arrive des situations où un vent contraire souffle systématiquement en pleine figure, et les vagues enflent tout autour. Cela nécessite du courage et de la détermination pour confesser le Seigneur. Cela vaut particulièrement pour ceux qui pêchent au filet.

3c) Un « pêcheur de poissons » doit avoir de la patience et savoir attendre. Cela vaut particulièrement pour la pêche à la ligne. Quelquefois il paraît qu’aucun poisson ne veut mordre. C’est justement dans les efforts à l’égard de personnes individuelles, qu’il faut quelquefois beaucoup de temps et de patience jusqu’à ce qu’on arrive à les gagner pour le Seigneur. Nous ne devons pas abandonner facilement, mais au contraire tenir bon.

3d) Un « pêcheur de poissons » doit être capable de travailler en équipe. Pierre ne put pas ramener tout seul à terre la prise de poissons. Il a eu besoin de ses associés et d’un second bateau. Ce n’est pas un tort de demander de l’aide à d’autres. L’appel à un service et la responsabilité qui s’y rattache sont personnels. Mais dans l’exercice du service nous sommes souvent conduits vers d’autres qui peuvent nous aider. C’est pourquoi les épîtres parlent à plusieurs reprises de compagnons d’œuvre. Timothée était un « compagnon d’œuvre … dans l’évangile » (1 Thes. 3:2). Nous devrions nous réjouir de tous ceux qui collaborent.

3e) Nous ne voulons pas oublier que Jésus est le « Maître ». Il a l’autorité. Il donne les ordres. Pierre, comme nous l’avons vu, était prêt à se soumettre à l’autorité du Maître. Il ne dirigeait pas les opérations, mais c’était le Seigneur. Lui sait bien mieux que nous comment il faut faire. C’est bon et bénéfique de ramer avec les autres dans le même bateau, mais il est décisif d’avoir le Seigneur Jésus avec nous dans le bateau du service. C’est ainsi seulement qu’on réussit.

4. Les « pêcheurs de poissons » utilisent des filets pour prendre les poissons. Mais les filets ne sont pas seulement « jetés » ; il faut aussi les « laver », les nettoyer. En pêchant les filets se salissent, parce qu’ils ramassent toutes sortes de saletés. Quand on pêche des hommes, les filets (dans l’application, c’est nous-mêmes) peuvent aussi facilement se salir. Celui qui entre en contact avec des non-croyants pour les conduire à Jésus, entre en contact avec toutes sortes de salissures et d’ordures. C’est inévitable. Il entend et voit beaucoup de choses qui souillent. Il est donc indiqué de toujours recommencer une purification par la Parole de Dieu pour que les filets puissent servir à une nouvelle prise. Nous ne pouvons pas constamment utiliser les filets pour prendre, nous devons aussi avoir des temps de repos pour les purifier. Chaque chose en son temps.

 

12    Une question finale : pour qui voulez-vous vivre ?

Pierre s’est mis lui-même à la disposition de Jésus, avec ce qui lui appartenait. Il a laissé son bateau au Seigneur pour lui servir de chaire. Il Lui a donné de son temps. Que faisons-nous de ce que le Seigneur nous a confié ? Le mettons-nous à Sa disposition ? Que faisons-nous de notre temps ? Comment et où investissons-nous notre argent ? Que faisons-nous de nos capacités ? À qui appartient notre habitation ? Notre auto ? Notre … etc. ? Si nous remettons ces choses au Seigneur, Il les utilisera toutes pour bénir.

L’homme naturel utilise en général ce dont il dispose, pour ses propres intérêts, et pour arriver à quelque chose dans ce monde. Il voudrait faire carrière, jouir des plaisirs, être reconnu et réussir. La question qui se pose est de savoir ce qui arrive ensuite. Que reste-t-il finalement dans notre filet ? Le Seigneur Jésus rappelle une fois le cas d’un homme qui était riche, mais qui n’a vécu que pour lui-même. Le jour est venu où Dieu lui a dit : « Insensé ! cette nuit même ton âme te sera redemandée ; et ces choses que tu as préparées, à qui seront-elles ? » (Luc 12:20). La question se pose à chacun de nous, même si nous appartenons au Seigneur Jésus et que nous ne sommes pas perdus. Ce que nous avons préparé sur la terre, à qui cela sera-t-il ? Peut-il arriver à la fin que nous aurons sauvé notre âme, mais que nous paraitrons les mains vides devant le tribunal de Christ ?

Le Seigneur ne se trompe pas. Si nous n’avons utilisé nos filets que pour nous-mêmes, alors nous devons nous appliquer la question de Salomon : « Quel profit a l’homme de tout son labeur dont il se tourmente sous le soleil ? » (Eccl. 1:3). Salomon donne lui-même la réponse : c’est la poursuite du vent. Voilà ce qui en est de l’homme naturel. Il ne connaît rien d’autre. Mais comme enfants de Dieu, nous devrions savoir autre chose.

Que reste-t-il de nos vies ? Ce n’est qu’avec le Seigneur Jésus dans la barque de nos vies, qu’il y a un accomplissement réel ayant un sens. Sinon tout reste inutile et « poursuite du vent ». Ce n’est qu’en remettant tout au Seigneur Jésus, nous-mêmes et tout ce que nous avons, que notre vie, y compris comme chrétien, a réellement un sens.