[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Slogans ou idées à la mode

 

Bibliquest

 

 

1                        La distinction femme - homme est-elle pour l’éternité ?

En date du 31 Juillet 2004, a été diffusée par le Vatican une « Lettre aux Évêques de l’Église Catholique sur la collaboration de l’homme et de la femme dans l’Église et dans le monde ». Cette lettre a pour but de réaffirmer la distinction homme-femme pour aller à l’encontre des idées généralement répandues dans le monde et qui tendent à effacer ces distinctions. Sur ce côté de la lettre, qui est le principal, nous ne pouvons qu’être d’accord.

Par contre on y trouve exprimé que l’homme et la femme, différents depuis le début de la création, demeurent tels jusque dans l’éternité. Bien que tout à fait secondaire dans l’ensemble de la lettre, ce point mérite d’être repris car il rabaisse l’espérance céleste du chrétien.

Il fait partie d’un commentaire de Galates 3:27, 28 : « Car vous tous qui avez été baptisés pour Christ, vous avez revêtu Christ : il n’y a ni Juif, ni Grec ; il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni mâle, ni femelle ; car vous tous, vous êtes un dans le christ Jésus ».

La lettre aux évêques explique ce passage en disant : « L’Apôtre ne déclare pas ici dépassée la distinction homme-femme, qu’ailleurs il affirme faire partie au projet de Dieu. Il veut plutôt dire ceci: dans le Christ, la rivalité, l’inimitié, la violence, qui défiguraient la relation entre l’homme et la femme, sont surmontables et surmontées. En ce sens, la distinction entre l’homme et la femme, qui accompagne en effet toute la révélation biblique, est plus que jamais réaffirmée ».

Nous pensons que ce commentaire ne prend pas en compte le changement radical qui intervient par la nouvelle naissance, et par la création de « l’homme nouveau », « en Christ », ce qui est naturel dans la doctrine catholique qui assimile la nouvelle naissance au baptême de tous les petits enfants.

Or il faut prendre les déclarations de l’Écriture dans toute leur simplicité : Comme position du croyant (baptisé non pas par pure forme, mais avec la réalité du cœur) en Jésus Christ, il n’y a aucune distinction entre hommes et femmes, pas plus qu’il n’y a de distinctions entre Juifs et Grecs (= non-juifs), et entre positions sociales différentes (libres ou serviteurs).

Colossiens 3:11 nous dit pareillement que le « nouvel homme » est à « l’image de celui qui l'a créé, où il n'y a pas Grec et Juif, circoncision et incirconcision, barbare, Scythe, esclave, homme libre ; mais où Christ est tout et en tous » (Col. 3:10-11). Bien que ce passage ne mentionne pas la distinction homme-femme, il montre bien la disparition des distinctions sociales pour ceux qui sont « en Christ ».

Il est donc clair que la portée de l’Écriture est bien de nous dire que, dans le Christ Jésus, toutes ces distinctions sociales, y compris la distinction homme-femme, disparaissent.

Pourtant l’Écriture, et le même apôtre Paul, ne manquent pas de donner des exhortations spécifiques aux femmes ou spécifiques aux hommes. Il n’y a aucune contradiction entre ces divers passages. Nous comprenons simplement que les distinctions sociales, et la distinction homme-femme, ne sont que des positions quant à la terre, et le christianisme les respecte, comme le dit l’apôtre Pierre quand il exhorte à être « soumis à tout ordre humain » (1 Pierre 2:13) ; le christianisme ne change pas l’ordre social sur la terre, mais il change les cœurs, et crée l’homme nouveau en Christ.

Dans l’éternité, Christ sera vraiment, entièrement et définitivement « tout et en tous » (Col. 3:11 ; 1 Cor. 15:28). Il est dès lors clair que la distinction homme-femme ne demeurera pas dans l’éternité.